Pour une connexion sécurisée, cliquez ici. Si vous vous demandez toujours pourquoi le protocole HTTPS est si important, cliquez ici.

RÉGIONS:

PAR L?ACCENTUATION DE LA RÉPRESSION CONTRE LES MÉDIAS, DIT LE TUJo

La répression des médias s’est poursuivie pendant toute l’année 1999, déclare le Syndicat des journalistes d’Azerbaïdjan (TUJo) dans son rapport de fin d’année sur la liberté de la presse en Azerbaïdjan. Le TUJo rapporte également que deux journalistes ont été tués en 1999, ce qui ne s’était encore jamais produit, bien que leur décès ne semble pas nécessairement relié à la répression des médias. Le TUJo rapporte que les médias locaux d’Azerbaïdjan affirment que le ministère de la Presse et de l’Information a imposé aux médias, en 1999, de nombreuses restrictions et qu’il a empêché l’impression et la distribution de certains journaux. Moins de journalistes ont été la cible de violences en 1999 que l’année précédente, mais la répression et les agressions contre les travailleurs du secteur des médias a continué, surtout aux mains de la police. Le TUJo signale par ailleurs que l’une des raisons de la diminution de la violence se trouve dans l’incapacité de l’opposition à organiser autant de rassemblements en 1999, car c’est là que se produisent la plupart des agressions contre les journalistes. Le TUJo affirme en outre que les journalistes ont été victimes de nombreux procès iniques, et que beaucoup de journaux et de stations de radio et de télévision ont été forcés de réduire ou de cesser leurs activités de distribution ou de diffusion. Les nouvelles entreprises de radio et de télévision se sont heurtées également à des difficultés pour obtenir leurs permis, ce qui entrave l’expansion dans ce secteur.

Le TUJo rapporte qu’il règne en Azerbaïdjan un climat d’impunité face à la répression des médias, et qu’une nouvelle série de lois sur les médias a été déposée, qui menacent gravement la liberté de la presse dans le pays. Devant les vives protestations suscitées par la nouvelle législation, le gouvernement a retiré quelques-uns des articles les plus menaçants pour les médias. La législation n’en contient pas moins certaines dispositions qui, si elles sont adoptées, habiliteraient le gouvernement à interdire la distribution des journaux. Les journalistes ont aussi dû faire face en 1999 à des difficultés économiques encore plus grandes, leur revenu moyen ayant décliné d’environ 15 % par rapport à l’année précédente. Un certain nombre de journalistes et de travailleurs des médias d’Azerbaïdjan signalent des violations de leurs ententes contractuelles avec leurs employeurs. Un certain nombre de journaux importants ont été forcés de réduire leur tirage en raison de pressions financières.

Malgré la répression en cours, le TUJo rapporte que de nouvelles alliances se sont nouées en 1999 entre les journalistes d’Azerbaïdjan et la communauté internationale de défense des droits de la personne et de la liberté d’expression. Pour la “première fois dans l’histoire du journalisme, un journaliste a été libéré de prison en 1999 à la suite d’une campagne internationale en sa faveur”. La libération de Fouad Kahramanli résulte directement d’une campagne conjointe du TUJo et de l’Institut international de la presse (IIP), campagne qui a obtenu un soutien international massif. Le TUJo a aussi entrepris une campagne conjointe avec l’IIP et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) afin de combattre un certain nombre de condamnations prononcées contre des journalistes et certaines publications.

En plus de la collaboration internationale accrue, le TUJo a établi d’autres liens avec des organisations non gouvernementales, des organisations de défense des droits de la personne et des syndicats de journalistes en Azerbaïdjan même. “Pendant l’année, les principales organisations de défense des droits de la personne et d’importants syndicats de journalistes sont intervenus activement pour protéger les droits des médias et des journalistes d’Azerbaïdjan”, dit le TUJo, qui signale également que la journée du 6 août a été proclamée “Journée nationale de la liberté de presse en Azerbaïdjan”. Pour plus de renseignements ou pour obtenir la liste dressée par le TUJo de tous les cas documentés de répression des médias, prière de communiquer avec Azer H. Hasret, président du TUJo, au 33 Khagani, Bakou 370000, Azerbaïdjan; téléphone: +994 12 474559; adresse électronique: hasret@azeurotel.com, hasret2013@yahoo.com; site internet: http://members.xoom.com/Azer2013/.


Dernier Tweet :

تتساءلون عن إجراءات ازاء العنف ضد النساء على الانترنت؟ @Facebook @Twitter @YouTube أسألوهم الآن: http://t.co/SgUpGx4DHi