RÉGIONS:

Des blogueurs sont agressés et subissent un procès pour « hooliganisme »

Deux blogueurs comparaissent devant un tribunal d'Azerbaïdjan et sont inculpés de « hooliganisme », tandis que leurs partisans portent à l'extérieur du tribunal des T-shirts où on peut lire « Je suis moi aussi un hooligan »
Deux blogueurs comparaissent devant un tribunal d'Azerbaïdjan et sont inculpés de « hooliganisme », tandis que leurs partisans portent à l'extérieur du tribunal des T-shirts où on peut lire « Je suis moi aussi un hooligan »
L'Institut pour la liberté et la sûreté des reporters (Institute for Reporters Freedom and Safety, IRFS) et Reporters sans frontières (RSF) rapportent que le procès de deux jeunes blogueurs d'Azerbaïdjan qui font face à des accusations de « hooliganisme » et de « violence physique délibérée », dont les auditions ont commencé le 16 septembre, est déjà marqué par des irrégularités et par l'arrestation de personnes venues les appuyer.

D'après RSF, Emin Milli et Adnan Hadji Zade se trouvaient le 8 juillet dans un restaurant lorsque quelques individus se sont approchés d'eux et les ont agressés. Bien qu'ils aient communiqué avec la police, les blogueurs ont été détenus pendant 48 heures comme suspects, tandis que leurs agresseurs étaient relâchés, selon ce que rapporte l'IRFS. Puis, le 10 juillet, la cour de Sabail a condamné Milli et Zade à deux mois de détention en attendant la tenue de leur procès.

Des preuves supplémentaires de l'innocence des blogueurs (l'enregistrement de l'incident par les caméras de sécurité et les téléphones mobiles de témoins) ont été soumises au tribunal par les procureurs de la défense, mais le juge les a rejetées, dit RSF. Milli et Zade se sont vu nier l'accès à un avocat pendant leur détention, et les prétendues « victimes » - deux d'entre elles ont comparu devant le tribunal - n'ont jamais produit la moindre preuve des blessures qu'elles prétendent avoir subies aux mains des blogueurs.

« Le procès des deux blogueurs viole allègrement les normes du droit européen, auquel l'Azerbaïdjan est soumis », rappelle RSF. L'Azerbaïdjan a ratifié la Convention européenne des droits de l'homme. « Leur arrestation et leur condamnation probable sont motivées par des considérations politiques et la volonté de censurer. »

Des partisans de Zadeh et de Milli, demeurés à l'extérieur de la salle du tribunal, portaient des T-shirts sur lesquels on pouvait lire « Je suis moi aussi un hooligan », disent RSF et l'IRFS. Ils ont été arrêtés et emmenés dans un poste de police voisin.

Les journalistes et des représentants d'ONG ont été empêchés d'assister à l'audience. Des représentants des ambassades des États-Unis, de France, de Norvège, du Conseil de l'Europe et de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe ont cependant été admis. La troisième audition s'est déroulée le 18 septembre.

Le père de Zadeh, Hikmat Hadji Zadeh, a déclaré à RSF que « le régime antidémocratique de l'Azerbaïdjan fait de son mieux pour supprimer l'expression, mais la nouvelle génération et la nôtre continuent la lutte en faveur de la libre expression ».

Dernier Tweet :

Journalists attending meetings and workshops in #SriLanka subjected to death threats http://t.co/mkPY2Ea8mD | @IFJGlobal @FMMsrilanka