Pour une connexion sécurisée, cliquez ici. Si vous vous demandez toujours pourquoi le protocole HTTPS est si important, cliquez ici.

RÉGIONS:

UN JOURNALISTE EST ASSASSINÉ

Le 1er juillet 2005, José Cândido Amorim Pinto, de Rádio Comunitária Alternativa, était abattu par des inconnus à Carpina, dans l'état de Pernambuco, situé dans le nord-est du Brésil, selon ce que signale Reporters sans frontières (RSF).

Des assaillants à motocyclette ont fait feu une vingtaine de fois sur Amorim Pinto au moment où il stationnait sa voiture à l'extérieur de la station de radio. Au cours des 19 dernières années, Amorim Pinto avait produit et présenté sur Rádio Comunitária Alternativa une émission d'enquêtes dans laquelle il couvrait des affaires de corruption. Les cibles de ses enquêtes comprenaient le maire local Manoel Botafogo et un parlementaire local, Antonio Moraes.

Amorim Pinto avait aussi été conseiller municipal à Carpina. Il avait proposé un règlement municipal en vue d'éliminer le népotisme, auquel Botafogo s'était opposé.

Amorim Pinto avait survécu à une fusillade le 21 mai 2005 lorsque deux hommes avaient ouvert le feu sur sa voiture. Il avait aussi reçu des menaces au cours des six derniers mois.

D'après un dossier du Comité pour la protection des journalistes, le Brésil reste un endroit dangereux pour les journalistes, souvent ciblés par des politiciens corrompus, des criminels et des trafiquants de drogue. Ces cinq dernières années, quatre journalistes ont été tués au Brésil à cause de leur travail. Dans la plupart de ces cas, personne n'a été poursuivi.

- RSF : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=14322
- Rapport du CPJ sur le Brésil : http://www.cpj.org/attacks04/americas04/brazil.html
- Société interaméricaine de la presse : http://www.sipiapa.org/pulications/report_brazil2005.cfm
- Rapport de l'Organisation des États américains : http://www.cidh.org/Relatoria/showarticle.asp?artID=412&lID=1

Dernier Tweet :

Press freedom and protesters' rights trampled in #Ferguson, James Foley killed by Islamic State militants, more http://t.co/zciUMLNW8w