Pour une connexion sécurisée, cliquez ici. Si vous vous demandez toujours pourquoi le protocole HTTPS est si important, cliquez ici.

RÉGIONS:

DES TRAVAILLEURS DES MÉDIAS ET DES MANIFESTANTS SONT ARROSÉS DE POIVRE

Selon le groupe Journalistes canadiens pour la liberté d’expression (CJFE), même si les manifestations qui accompagnaient l’assemblée générale de l’Organisation des États américains (OEA), à Windsor, au Canada, sont en grande partie pacifiques, sept photographes accrédités qui couvraient l’événement, et de nombreux manifestants, ont été arrosés de poivre de Cayenne par des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). L’assemblée de l’OEA s’est tenue du 4 au 6 juin. Les manifestants protestaient contre l’OEA entre autres parce que, dans sa promotion du libre échange dans toute la région, elle n’a pas su prioriser les droits sociaux, culturels et économiques des peuples. Un des photographes rapporte que la présence de centaines d’agents de la GRC, en tenue anti-émeute, patrouillant la région, était plutôt “intimidante”, et que les manifestants ont été arrosés de poivre de Cayenne, sans avertissement. “Je pense qu’ils voulaient tout simplement que nous cessions de prendre des photos”, a déclaré le photographe pigiste. Cette façon de procéder, dit le CJFE, contrevient au droit de manifester sans violence, ainsi qu’au droit des journalistes de couvrir l’événement.

Le CJFE remet en question la mobilisation excessive des forces policières pour la rencontre de l’OEA, et presse les autres groupes de se joindre à lui dans cette protestation. La violence excessive et l’emploi exagéré du poivre de Cayenne par les agents de la GRC lors du sommet de l’Organisation de coopération économique Asie-Pacifique (APEC) en novembre 1997 à Vancouver ont provoqué la tenue d’une enquête sur le comportement des agents de la GRC.

Les organisations non gouvernementales ont lancé un appel à l’assemblée générale de l’OEA, l’invitant à adopter des lignes directrices en ce qui concerne la participation de la société civile aux activités de l’OEA. La déclaration demande entre autres la formulation par l’OEA d’un Plan d’action en faveur des droits de la personne. Les groupes demandent qu’on les entende et que l’OEA comprenne la participation de groupes de la société civile à ce genre de plan. “Les droits économiques, sociaux et culturels de la majeure partie de la population de l’hémisphère sont chaque jour bafoués”, affirment les signataires. La pétition demande aussi à l’OEA de “donner la garantie que les défenseurs des droits de la personne puissent accomplir leur travail”.


Dernier Tweet :

Harsh #defamation ruling in #Cambodia has broader implications http://t.co/5sfPplGGqH | @pressfreedom