Pour une connexion sécurisée, cliquez ici. Si vous vous demandez toujours pourquoi le protocole HTTPS est si important, cliquez ici.

RÉGIONS:

DE PRISON MET EN ALERTE LES GROUPES DE DÉFENSE DE LA LIBERTÉ D?EXPRESSION

Le tribunal de sécurité de l’État a condamné le 23 mai l’écrivain, recherchiste et militant des droits de la personne Saad El-Din Ibrahim à sept ans de travaux forcés, rapportent l’Organisation égyptienne de défense des droits de la personne (EOHR), ARTICLE 19, Human Rights Watch (HRW) et le Comité des écrivains en prison du PEN International (WiPC). Vingt-sept des collègues de Ibrahim ont aussi été condamnés à des peines de un à cinq ans d’emprisonnement, dont neuf d'entre eux avec sursis.

Ibrahim, qui est directeur du Centre Ibn Khaldoun, et ses coaccusés, dont la plupart sont des employés du Centre de soutien aux électrices égyptiennes, a été appelé à répondre à divers chefs d’accusation reliés à leur travail de promotion de la participation aux élections et de surveillance du scrutin parlementaire en octobre et novembre 2000, rapporte HRW. Selon le WiPC, les accusations contre Ibrahim auraient porté sur l’acceptation par le Centre d’une subvention apparemment illégale de 250 000 $ US de la Commission européenne, dont une partie aurait servi à produire un film faisant état de mesures d’intimidation contre les électeurs lors de l’élection parlementaire de 1995 en Égypte.

Dans une déclaration signée, l’EOHR et cinq autres organisations ont qualifié le procès d’Ibrahim et de ses collègues de "poursuite des politiques hostiles de l’État contre les institutions de la société civile égyptienne, dans le but de réduire au silence toutes celles qui tentent d’intervenir activement dans les questions publiques". Les organisations affirment que la décision du tribunal s’inscrit dans "la régression générale des libertés civiles", régression illustrée par "le refus de révoquer les peines d’incarcération pour les crimes d’expression, ce qui à conduit à l’imposition d’un certain nombre de peines de prison contre des journalistes". Entre autres incidents auxquels fait allusion la déclaration, on note la décision du gouvernement, en mai 2000, de mettre fin aux activités du parti travailliste et de suspendre son journal, "Al Shaab".

ARTICLE 19 a écrit au Commissaire de l’Union européenne (EU) chargé des relations extérieures, Chris Patten, pour lui faire part de "sa sérieuse inquiétude devant l’attaque concertée contre la liberté d’expression et les organisations indépendantes d’Égypte, en contravention de ses accords conclus avec l’Union européenne". En plus de la condamnation prononcée contre Ibrahim, ARTICLE 19 fait état de la condamnation en janvier de l’écrivain Salah al-Din Mohsen à trois ans de travaux forcés, la confiscation ou le retrait de la circulation d’un certain nombre de publications, et la proposition de nouvelles restrictions pénales sur le contenu de ce qui peut être publié.

Pour plus de renseignements, voir www.article19.org, www.hrw.org et www.ifex.org. On trouvera aussi %26#224; www.cairotimes.com un article qui aborde les différences entre les réactions locales et celles à l’échelle internationale qui se sont manifestées à la nouvelle de la condamnation d’Ibrahim.


Dernier Tweet :

"Liberia and neighbouring countries...have all been accused of media censorship to cover up the...outbreak".http://t.co/swyo2Rean8 #Ebola