Pour une connexion sécurisée, cliquez ici. Si vous vous demandez toujours pourquoi le protocole HTTPS est si important, cliquez ici.

RÉGIONS:

Deux journalistes libérés sous caution, deux autres maintenus en détention

(RSF/IFEX) - Le 25 juillet 2011 - Reporters sans frontières prend acte de la libération sous caution, le 22 juillet 2011, après quinze mois de prison, de Haileyesus Worku, rédacteur en chef à l'Agence éthiopienne de radio et de télévision (ERTA) et de Abdulsemed Mohammed, reporter pour le même groupe gouvernemental.

Les journalistes ont été remis en liberté après s'être tous les deux acquittés de la somme de 5000 ETB (205 euros). La cour leur a interdit de quitter le pays. Ils sont accusés d'avoir illégalement obtenu et divulgué à une entité étrangère des informations d'Etat par appât du gain, d'avoir engendré des pertes financières conséquentes pour l'ERTA à travers des activités illégales, et d'avoir violé la loi sur les droits d'auteurs. Ces accusations sont passibles de peines d'emprisonnement et d'amendes. La cour se réunira de nouveau le 12 novembre 2011 afin d'entendre la défense.

Les journalistes avaient été arrêtés le 26 avril 2010.

Reporters sans frontières a en outre appris que Reyot Alemu, journaliste pour l'hebdomadaire en langue amharique Fitih, arrêtée le 21 juin 2011, et Woubeshet Taye, journaliste et directeur adjoint de l'hebdomadaire en langue amharique Awramba Times, arrêté deux jours plus tôt, le 19 juin, ont été entendus par la justice la semaine dernière et sont toujours maintenus en détention.

Woubeshet Taye a été présenté devant la Cour fédérale. Reyot Alemu a, quant à elle, été convoquée dans le plus grand secret, le 20 juillet, par un juge fédéral, sans que sa famille et ses collègues n'aient été avertis des procédures légales engagées contre elle. La cour a accordé 28 jours supplémentaires à la police pour mener son enquête. Accusés de complicité présumée avec Ginbot 7, un groupe politique d'opposition basé aux Etats-Unis récemment déclaré "terroriste" par le parlement, les journalistes sont appelés à comparaître le 19 août prochain. Selon les informations de Reporters sans frontières, aucun des deux n'aurait droit à des visites de leurs familles ou d'un avocat.

Dernier Tweet :

Añade tu voz a la campaña #EndImpunity: http://t.co/l6Mek2aycW