RÉGIONS:

Reprise sous haute tension des programmes de la station communautaire Radio Faluma Bimetu

(AMARC/RSF/IFEX) - 1 février 2011 - L'Association mondiale des radios communautaires (AMARC) et Reporters sans frontières attendent des autorités honduriennes un engagement clair en faveur de la protection, à la fois physique et juridique, des médias issus des minorités. Leur responsabilité est notamment engagée au moindre acte de censure ou de sabotage qui pourrait affecter Radio Faluma Bimetu (Radio Coco Dulce), voix de la communauté afro-hondurienne.

Le sort infligé à la communauté de Triunfo de la Cruz et de sa radio résume la triste conjonction des violences qui minent actuellement le pays : celle des autorités locales de mèche avec l'oligarchie agraire et industrielle ; celle du crime organisé particulièrement présent dans cette région Atlantique où un journaliste a perdu la vie en 2010, parmi dix assassinés au total durant l'année; celle de la répression née du coup d'État du 28 juin 2009, qui a notamment ciblé les médias minoritaires et leurs représentants.

AMARC et Reporters sans frontières plaident non seulement pour la fin de l'impunité dans les assassinats de professionnels des médias, mais également pour la restauration d'un véritable pluralisme de l'information au Honduras, que le coup d'État a brisé. L'apparente mobilisation du gouvernement de Tegucigalpa - qui a récemment obtenu une assistance extérieure - pour élucider les crimes commis contre des journalistes en 2010, ne fait en rien oublier les persécutions, menaces et intimidations dont continuent de souffrir les médias d'opposition et leurs équipes. L'avenir de Radio Faluma Bimetu aura donc valeur de test.

La station avait pu compter sur une aide de nos organisations après l'incendie criminel qui l'avait rendue hors d'état d'émettre, en janvier 2010. Un an après, la communauté de Triunfo de la Cruz se heurte aux pressions directes des autorités municipales de Tela qui voudraient lui imposer un nouveau conseil dirigeant (patronato) à leur main. Le 14 janvier dernier, le leader communautaire et animateur de la station Alfredo López a dû se présenter devant la justice pénale suite à un échange de tirs sur le territoire de Triunfo de la Cruz survenu trois jours plus tôt. En l'absence de preuve, aucune charge n'a été retenue contre lui. La station a néanmoins décidé, sur le moment, de suspendre ses programmes face à des nouveaux risques de représailles.

Compte tenu de la situation dramatique que subissent les médias communautaires, les Rapporteurs spéciaux pour la liberté d'expression de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) et des Nations unies ont fait part de leur préoccupation devant une telle escalade de la violence et exigé de l'État hondurien qu'il consacre ses engagements internationaux en matière de droits de l'homme et de liberté d'expression, également aux fins de protection de l'activité journalistique des médias communautaires, qui jouent actuellement un rôle clé dans le débat social et la diffusion d'informations que d'autres médias omettent délibérément.

Les autorités de Tela et son maire, David Zacaro Morlachi, devront répondre judiciairement, le cas échéant, de toute atteinte au fonctionnement normal de Radio Faluma Bimetu.
Voir également le reportage vidéo

Dernier Tweet :

Gov’ts have the real power to reduce #impunity. Read more from @AnnieGame here: http://t.co/rO65mtFlnu #EndImpunity