Pour une connexion sécurisée, cliquez ici. Si vous vous demandez toujours pourquoi le protocole HTTPS est si important, cliquez ici.

RÉGIONS:

SUSPEND SA PUBLICATION; LES REBELLES PAPOUS LIBÈRENT LES CINÉASTES BELGES

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et Reporters sans frontières (RSF) rapportent que le "Serambi Indonesia", seul quotidien de la province d’Aceh, actuellement déchirée par la guerre, a suspendu sa publication le 11 août en raison des menaces du Gerakan Aceh Merdeka (Mouvement de libération de l’Aceh, GAM). Les dirigeants du GAM ont été très irrités d’un article paru le 10 août sur le massacre de trente et un villageois de Julok, dans l’est de l’Aceh. Le CPJ précise que la police tient le GAM responsable de la tuerie, tandis que le GAM accuse les forces de sécurité. Le GAM accuse par ailleurs le "Serambi Indonesia" de prendre le parti du gouvernement dans sa couverture du massacre. "J’ai interdit à la rédaction de continuer à publier des mensonges", a déclaré un porte-parole du GAM à l’agence Associated Press, que rapportent le CPJ et RSF. "Les gens ici disent qu’ils vont brûler le bâtiment du journal et tuer les employés." Le journal a cessé de paraître le 10 août, et on ne sait pas quand il reparaîtra, dit le CPJ. En juin, le "Serambi Indonesia" avait été forcé de suspendre temporairement ses activités après avoir reçu des menaces du GAM. [Voir le "Communiqué" 10-27 de l’IFEX.]">http://communique.ifex.org/articles_francais.cfm?category=1%20Nouvelles%20R%E9gionales&volume=10&issue_no=27%26amp;lng=francais#3361">"Communiqué" 10-27 de l’IFEX.]

Un nouveau rapport, que le groupe Human Rights Watch (HRW) a rendu public le 20 août, donne un aperçu du conflit qui sévit en Aceh et du nombre toujours croissant des violations des droits de la personne commises par le gouvernement indonésien et les rebelles armés. Le dossier de quarante pages, intitulé "The War in Aceh" [La Guerre en Aceh], documente les difficultés auxquelles se heurtent les organisations locales de défense des droits de la personne, qui font écho à celles que doivent surmonter les journalistes en Aceh. "Les surveillants des droits de la personne sont coincés des deux côtés, dit HRW. S’ils rapportent des violations commises par l’armée ou la police, ils sont passibles de poursuites pénales en diffamation. S’ils rapportent les violations commises par les rebelles, ils reçoivent des avertissements et des menaces." De plus, le gouvernement "semble recourir davantage aux lois dont [l’ancien président] Suharto se prévalait contre ses critiques", dit HRW. "Encore une fois, on monte à l’assaut de la liberté d’expression, surtout en ce qui concerne le soutien du public à la tenue d’un référendum politique en Aceh." Le rapport ajoute que le GAM essaie de restreindre la liberté d’expression par des menaces aux journalistes qui ne rapportent pas sa version des événements.

Par ailleurs, le CPJ et la Fédération internationale des journalistes (FIJ) rapportent que deux documentaristes belges ont été remis en liberté par leurs geôliers. Philippe Simon et Johan van Den Eynde ont été libérés le 16 août par une faction du Mouvement de libération de la Papouasie (Organisasi Papua Merdeka, OPM), après avoir été retenus en otages pendant plus de deux mois dans la province indonésienne d’Irian Jaya, aussi connue sous le nom de Papouasie. Le groupe des ravisseurs a enlevé les deux cinéastes au début juin afin d’attirer l’attention internationale sur leur volonté d’indépendance face à l’Indonésie. Le chef de la faction de l’OPM responsable de l’enlèvement, Titus Murib, aurait déclaré que l’OPM garantirait la sécurité des journalistes travaillant dans la région. "Nous espérons que la promesse de l’OPM signifie que le groupe ne tentera plus jamais de réaliser ses objectifs de propagande en enlevant des journalistes", dit le CPJ.

Pour plus de renseignements, consulter www.cpj.org, www.rsf.org et www.hrw.org.


Dernier Tweet :

Do governments care about impunity? See what countries responded to the 2014 impunity campaign: http://t.co/Ezfspws9Q6