Pour une connexion sécurisée, cliquez ici. Si vous vous demandez toujours pourquoi le protocole HTTPS est si important, cliquez ici.

RÉGIONS:

UNE STATION DE TÉLÉVISION ET DES JOURNAUX D?OPPOSITION SONT ATTAQUÉS

Les conditions d’exercice de la liberté de la presse soulèvent l’inquiétude au Kazakhstan, à la suite d’attaques dirigées contre deux journaux d’opposition et une station de télévision indépendante de la ville d’Almaty. Des individus ont lancé le 22 mai des cocktails Molotov dans les bureaux du journal “Delovoye Obozreniye Respublika”, incendiant les installations et détruisant l’équipement technique du journal, selon ce que rapporte le Comité pour la protection des journalistes (CPJ). Personne n’a été blessé dans cet incident.

Lors d’un autre incident, le 21 mai, un reporter et un employé du journal d’opposition “SolDat” ont été agressés par quatre individus qui s’étaient introduits dans l’immeuble abritant les bureaux du journal. Selon le CPJ, les agresseurs ont passé à tabac Bakhytgul Makinbai et Kenzhe Aitpakiyev, les ont menacés d’autres représailles, puis se sont enfuis en emportant du matériel technique. Le CPJ et la Fédération internationale des journalistes (FIJ) demandent au gouvernement kazakh de trouver et de poursuivre en justice les responsables de ces agressions.

Ce n’est pas la première fois que le journal “Delovoye Obozreniye Respublika” est la cible d’attaques. Le 19 mai dernier, les employés trouvaient le corps sans tête d’un chien qui pendait à une fenêtre, accompagné d’une note contenant la menace suivante : “Il n’y aura pas de prochaine fois.” L’incident est survenu après que la rédactrice en chef Irina Petrouchova eut reçu une couronne mortuaire, le 8 mars.

L’Institut international de la presse (IIP) rapporte par ailleurs que des inconnus ont saboté le 29 mars le câble d’alimentation principal de la station de radio indépendante TAN, après que celle-ci eut rapporté l’arrestation du leader de l’opposition Galymzhan Zhakiyanov. Quelques jours plus tard, deux employés de TAN ont été agressés par des inconnus.

Dans sa revue annuelle de la situation au Kazakhstan, le CPJ fait remarquer que le gouvernement kazakh possède toutes les imprimeries du pays, de même que les deux principaux fournisseurs de services Internet. De plus, la famille du président Nursultan Nazarbayev et ses partenaires en affaires contrôlent, directement ou indirectement, presque tous les journaux et les stations de télévision.

En mai 2001, Nazarbayev a approuvé des modifications à la loi nationale sur les médias, aux termes de laquelle les sites web sont définis comme des médias de masse. Cela signifie que les journalistes indépendants et les politiciens d’opposition qui comptent sur l’Internet pour diffuser les informations sont soumis aux mêmes dispositions sévères que les médias traditionnels, dit le CPJ. Pour lire le rapport du CPJ, aller à www.cpj.org.">http://www.cpj.org/attacks01/europe01/kazak.html">www.cpj.org.

Pour de plus amples précisions, aller à www.cpj.org, www.ifj.org et www.freemedia.at.


Dernier Tweet :

[Video] See how our animated campaigners use the IFEX Campaign Toolkit to get a free expression advocate out of jail http://t.co/DgNWpwEPSW