Pour une connexion sécurisée, cliquez ici. Si vous vous demandez toujours pourquoi le protocole HTTPS est si important, cliquez ici.

RÉGIONS:

Le chef de l'Etat s'engage à réformer la loi sur la presse et à rétablir la diffusion de RFI à Nouakchott

(RSF/IFEX) - Lors d'une rencontre avec le président du Conseil militaire pour la justice et la démocratie et chef de l'Etat mauritanien, le colonel Ely Ould Mohamed Vall, le 25 octobre 2005 à Nouakchott, une délégation de Reporters sans frontières a reçu un engagement des nouvelles autorités en faveur d'une réforme démocratique du secteur de la presse lors de la période de transition. En outre, l'organisation a obtenu l'assurance que la diffusion de Radio France internationale (RFI) en FM serait rétablie au plus vite.

Les engagements pris par le colonel Ely Ould Mohamed Vall portent précisément sur trois points :

- La mise en place "dans les meilleurs délais" d'une "commission nationale" chargée de proposer une réforme du secteur de la presse et du cadre législatif régissant l'exercice du journalisme. Selon les propos tenus par le chef de l'Etat, des instructions ont d'ores et déjà été données au Premier ministre et au ministre de la Communication pour que des propositions soient faites "dans la semaine à venir" sur la composition de cette commission, en accord avec la presse indépendante.

- Une relative neutralisation de la loi sur la presse, tant qu'un nouveau cadre législatif ne serait pas adopté. Selon le colonel Ely Ould Mohamed Vall, des consignes ont été données aux services concernés pour que le délai séparant le dépôt légal au ministère de l'Intérieur et la délivrance d'un récépissé autorisant la distribution d'un journal "soit contracté le plus possible". Ely Ould Mohamed Vall a en outre expliqué à Reporters sans frontières que l'article 11 de la loi n'avait "plus d'importance" et qu'il avait donné "des instructions pour que ce texte n'ait plus d'effet".

- Le rétablissement immédiat de la diffusion de RFI en FM à Nouakchott. Le chef de l'Etat a annoncé avoir donné l'ordre de rétablir immédiatement la diffusion de RFI en modulation de fréquence et de "revenir à la situation qui existait au moment de sa suspension". Il a ajouté qu'"une évolution éventuelle des accords avec RFI sera examinée ultérieurement".

Depuis la promulgation de l'ordonnance-loi sur la liberté de la presse, en juillet 1991, Reporters sans frontières a recensé 101 actes de censure prononcés par les autorités mauritaniennes à l'encontre de la presse indépendante, en vertu de son article 11. A titre d'exemple, l'hebdomadaire aujourd'hui disparu "Mauritanie nouvelles" a été censuré 16 fois et l'hebdomadaire "Le Calame" 14 fois. Depuis 1991, Reporters sans frontières a publié près de 80 communiqués sur les atteintes à la liberté de la presse en Mauritanie.

Dernier Tweet :

"Liberia and neighbouring countries...have all been accused of media censorship to cover up the...outbreak".http://t.co/swyo2Rean8 #Ebola