RÉGIONS:

Le cadavre d'un jeune journaliste de la radio est trouvé

Le Centre pour le journalisme et l'éthique publique (CEPET), l'Institut international de la presse (IIP) et Reporters sans frontières (RSF) rapportent que le corps d'un journaliste de la radio a été retrouvé le 16 janvier, 17 jours après son enlèvement.

José Luis Romero, chroniqueur de la scène judiciaire à l'émission de nouvelles radio « Línea Directa » avait été enlevé le mois dernier à Los Mochis, dans l'État de Sinaloa. L'enquêteur principal sur cet enlèvement a été assassiné quelques heures plus tard.

Le CEPET rapporte que des blessures causées par des projectiles ont été relevées à la tête et à la poitrine, et que le corps porte des marques de torture, dont des fractures au crâne et aux jambes.

Selon l'IIP, des sénateurs mexicains proposent la création d'une nouvelle loi destinée à garantir des soins médicaux pour les journalistes agressés et une protection policière pour les journalistes menacés. La loi protégerait aussi les familles des journalistes et les lieux, les installations des médias, où ils travaillent. La loi soutiendrait le droit des journalistes de protéger la confidentialité des sources.

L'IIP applaudit les éléments positifs de cette ébauche de loi, mais s'inquiète d'autres implications. « La protection armée des journalistes ne réglera pas réellement la racine du problème - à savoir l'impunité dont jouissent les tueurs. Une protection armée de ce genre pourrait mener à des bagarres mortelles à coups de feu qui pourraient entraîner la mort de civils innocent pris dans les tirs croisés. »

Deux journalistes ont été tués au Mexique en 2010, rapporte RSF, et 60 autres ont été assassinés depuis 2000.

Dernier Tweet :

Identity theft persists in #Pakistan's biometric era http://t.co/UegNJT5abA | @privacyint