Pour une connexion sécurisée, cliquez ici. Si vous vous demandez toujours pourquoi le protocole HTTPS est si important, cliquez ici.

RÉGIONS:

Condamnation à un an de prison et 100 euros d'amende pour le directeur d'"Al-Massae"

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières est consternée par la condamnation de Rachid Nini, directeur du journal "Al-Massae", le 9 juin 2011. À l'issue d'un procès marqué par le manque de coopération du tribunal de Casablanca, des reports d'audiences en série et un refus catégorique de libération provisoire, le verdict est tombé : un an de prison ferme et 100 euros d'amende contre le directeur de publication d'un des plus importants journaux du Maroc.

L'avocat de Rachid Nini, Khaled Sufiani, a décidé de faire appel. "C'est un très mauvais tournant pour la justice et les libertés au Maroc. Il s'agit clairement d'un avertissement à l'égard des journalistes, afin qu'ils se sentent menacés dans leur liberté d'expression" a t-il confié à Reporters sans frontières.

"Reporters sans frontières exprime son inquiétude quant à l'utilisation du code pénal dans une affaire de délit de presse. Ce précédent ouvre la voie à de nombreux excès et retire au code de la presse son rôle d'instrument juridique efficace. Nous appelons la justice marocaine à revenir sur cette décision, a déclaré l'organisation. Trois mois après le discours du roi Mohammed VI pour engager des réformes constitutionnelles, la peine infligée à Rachid Nini sonne comme un désaveu. Emprisonner un journaliste est la marque des régimes autoritaires. Aucune avancée démocratique n'est possible sans respect de la liberté de la presse."

Dans une lettre adressée le 20 mai 2011, Reporters sans frontières avait mis en garde le ministère de la Justice contre une décision qui ignorerait de se référer au code de la presse : "Les poursuites doivent s'appuyer uniquement sur le code de la presse marocain, la sanction doit être prévue par la loi, être nécessaire, légitime et proportionnée" avait, entre autres, recommandé l'organisation.

Rachid Nini avait été placé en garde à vue, le 28 avril 2011, et poursuivi pour "désinformation", "atteinte à des corps constitués" et "atteintes à des personnalités publiques", suite à des publications qui porteraient atteinte à "la sécurité et à l'intégrité de la nation et des citoyens", sur la base des articles 263, 264 et 266 du code pénal marocain.

D'après des journalistes d'"Al-Massae" contactés par Reporters sans frontières, cette condamnation fait suite à la publication de nombreux articles dans lesquels Rachid Nini dénonçait la corruption, notamment dans l'entourage du Roi, et mettait en cause Fouad Ali El-Himma, responsable du Parti authenticité et Modernité. Il avait également publié des informations sur Abdellatif Hammouchi, le directeur de la Direction générale de la surveillance du territoire, et exhorté les autorités à abroger la loi anti-terroriste.
De quoi discutent les autres membres de l'IFEX

Dernier Tweet :

Five journalists sentenced to 2 years in jail in #Burma on anti-state charges http://t.co/GNAdITEdhk | @pressfreedom