Pour une connexion sécurisée, cliquez ici. Si vous vous demandez toujours pourquoi le protocole HTTPS est si important, cliquez ici.

RÉGIONS:

LES AUTORITÉS FERMENT DES PUBLICATIONS INDÉPENDANTES

Coup dur pour la liberté d'expression au Nigéria : des agents de la sécurité de l'État ont effectué une descente dans les bureaux de deux publications indépendantes au cours de la dernière semaine, confisquant de l'équipement et arrêtant l'équipe rédactionnelle. Le geste pousse des membres de l'IFEX à s'inquiéter sérieusement pour la démocratie dans le pays.

Le 8 septembre 2004, des agents armés du Service de sécurité de l'État (State Security Service, SSS) ont effectué une descente dans les locaux de l'hebdomadaire « Global Star » à Lagos, rapporte le groupe Media Rights Agenda (MRA). Ils ont arrêté le lendemain le consultant en rédaction Isaac Umunna. Celui-ci, qui est également rédacteur en chef du magazine « Africa Today », basé à Londres, ne sait pas pourquoi il est arrêté.

Le raid est survenu quatre jours après que des agents du SSS à Lagos eurent fait irruption dans les bureaux du magazine d'information « Insider Weekly », s'emparant de documents, d'équipement et d'argent, dit le MRA. Le chef des ventes, Raphael Olatoye, a été arrêté. Plusieurs jours plus tard, des agents ont confisqué 14 ordinateurs et arrêté le directeur des ventes du magazine, Cyril Mbamalu. Ils ont également scellé les bureaux et remplacé les serrures.

Dans une déclaration rendue publique le 5 septembre dans le quotidien « ThisDay », le SSS accuse « Insider Weekly » d'« attaquer, dénigrer et humilier » le président du Nigéria Olusegun Obasanjo et d'autres « personnalités notables du gouvernement ». Le SSS prétend que plusieurs articles publiés dans le magazine depuis 2001 insultaient ou sapaient la présidence. Il accuse en outre le magazine de déformer les faits et de dénaturer les « nobles idéaux de l'administration actuelle aux yeux du public innocent », qualifiant ces gestes de « diffamatoires, séditieux, subversifs et traîtres ».

Les gestes du SSS ont été dénoncés par le MRA, Human Rights Watch, le Comité des écrivains en prison du PEN International (WiPC), l'Association mondiale des journaux (AMJ), le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et Reporters sans frontières (RSF).

Les autorités avaient déjà visé le « Insider Weekly » dans le passé, en raison de ses reportages, fait remarquer le CPJ. En novembre 2003, le rédacteur en chef du magazine, Osa Director, et deux administrateurs ont été détenus et accusés de diffamation et de sédition. Cet incident est survenu après que le magazine eut publié un article reliant de hauts personnages du gouvernement à des opérations pétrolières illégales dans la région du delta du Niger.

Selon Human Rights Watch, les attaques contre la liberté d'expression se sont multipliées au Nigéria ces deux dernières années, la plupart des violations étant commises par la police et les agents du SSS. Dans un rapport daté de décembre 2003, Human Rights Watch faisait remarquer qu'on a eu « recours à des mesures brutales pour réprimer la critique.

Dans les cas les plus graves, des gens ont été abattus rien que pour avoir exercé leur droit de protester. » Selon le rapport, ce sont les militants des droits de la personne et les journalistes qui subissent le plus gros de la répression gouvernementale, c'est-à-dire harcèlement policier, agressions physiques et tentatives de censure, à plusieurs reprises.


CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE


1) Écrire au gouvernement du Nigéria pour lui faire part de votre préoccupation. Voir l'action que recommande le MRA : http://www.ifex.org/en/content/view/full/61128

2) Rester informés. Pour plus de renseignements, consulter les sites suivants :

- RSF : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=11379
- IFEX : http://www.ifex.org/en/content/view/full/62/
- CPJ : http://www.cpj.org/protests/04ltrs/Nigeria08sept04pl.html
- Dossier de Human Rights Watch : http://www.hrw.org/reports/2003/nigeria1203/
- WiPC : http://www.internationalpen.org.uk/dev/viewArticles.asp?findID_=184
- AMJ : http://www.wan-press.org/article5305.html
(Image: © Human Rights Watch)

Dernier Tweet :

Identity theft persists in #Pakistan's biometric era http://t.co/UegNJT5abA | @privacyint