Pour une connexion sécurisée, cliquez ici. Si vous vous demandez toujours pourquoi le protocole HTTPS est si important, cliquez ici.

RÉGIONS:

L?ÉTAT D?URGENCE NE DEVRAIT PAS ENTRAVER LA LIBERTÉ DE LA PRESSE

L’état d’urgence proclamé le 19 mai à la suite de la tentative de coup d’État de l’ancien général Lino Oviedo ne devrait limiter d’aucune façon la liberté d’expression, affirment le “Sindicato de Periodistas del Paraguay” (Syndicat des journalistes du Paraguay, SPP) et Reporters sans frontières (RSF). Le SPP, tout en condamnant la tentative de putsch, maintient fermement que “ni de tels risques ni aucune autre raison de force ne peuvent justifier la restriction de la liberté d’expression”. À la suite de la proclamation de l’état d’urgence, deux stations de radio ont été fermées et trois employés des médias ont été arrêtés, signale RSF. Certains des employés des médias qui ont été visés ont été accusés d’être des partisans d’Oviedo. Quels que soient l’affiliation politique ou le caractère éthique des pratiques journalistiques, toutefois, le SPP maintient “qu’il n’y a pas de crimes de droit commun dans le domaine de la presse, et que nul ne peut être condamné à cause de ses opinions ou empêché d’exercer son droit à la liberté d’expression”.

Entre-temps, le Rapporteur spécial de l’Organisation des États américains (OEA) sur la liberté d’expression, Santiago Canton, concluait dans son rapport qu’aucun progrès n’avait été réalisé au cours de la dernière année au chapitre de la liberté d’expression au Paraguay. Le rapport s’intitule “1999 Report on Freedom of Expression in the Americas” [Rapport de 1999 sur la liberté d’expression dans les Amériques], et tire les conclusions de plusieurs missions effectuées au Paraguay, dont celle de Canton en juillet dernier. Canton a visité plusieurs secteurs des médias paraguayens, dont le SPP. Le Rapporteur prie instamment les autorités de faire enquête sur toutes les violations de la liberté d’expression qui n’ont toujours pas été éclaircies, et souligne “l’absence de progrès dans l’enquête sur l’assassinat, en avril 1991, du journaliste Santiago Leguizamon”. Le Rapporteur note également que seuls le Panamá et l’Argentine se signalent comme les pays de la région qui ont “réalisé des progrès matériels dans la défense de la liberté d’expression”, indique le SPP.


Dernier Tweet :

#Venezuela's repeated blocking of Argentinian news outlet amounts to prior censorship http://t.co/Gc8CF4zdnn | @globalfreemedia