Pour une connexion sécurisée Pourquoi le protocole HTTPS

RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Encore des travailleurs des médias qui sont tués au Daghestan

Le directeur d'une station de télévision locale du Daghestan, qui se rendait réparer de l'équipement de télévision, a été abattu le 13 mai, selon ce que rapporte la Fondation pour la défense de la glasnost (Glasnost Defence Foundation, GDF). Le directeur de TBS, Sayid Ibragimov, a été pris dans une embuscade par des hommes armés pendant qu'il se déplaçait avec une équipe de réparateurs qui se rendaient remettre en marche un émetteur de télévision endommagé la veille par des militants. La voiture d'Ibragimov et une jeep de la police qui l'accompagnait ont été attaquées près du village d'Ayazi. Des hommes armés ont fait exploser une bombe devant les véhicules, puis ont ouvert le feu sur elles, tuant cinq hommes et en blessant quatre autres.

À peine une semaine auparavant, la GDF rapportait le meurtre de Shamil Aliyev, fondateur et directeur des stations de radio « Priboï » et « Vatan » et directeur du réseau de télévision « TNT-Makhatchkala ». La voiture d'Aliyev a essuyé les tirs d'inconnus qui l'ont attaqué en plein jour à Makhatchkala, capitale du Daghestan.

D'après la GDF, Aliyev pourrait avoir été tué soit en rapport avec ses activités commerciales ou parce qu'il était un farouche adversaire du wahhabisme, une forme conservatrice de l'islam qui gagne en popularité au Daghestan et dans d'autres républiques du Nord Caucase. Selon le « Kommersant Daily », Aliyev était adepte de l'islam « traditionnel » et les émissions qu'il diffusait sur ses chaînes de radio et de télévision avaient un ton hostile à l'égard du wahhabisme.

Plusieurs journalistes ont été assassinés au Daghestan ces dernières années, tel le journaliste politique Abdulmalik Akhmedilov, abattu en septembre 2009.

ADDITIONAL INFORMATION
Alertes liées au même sujet sur ifex.org
  • Les assassinats dans le sud laissent entrevoir des violations systémiques des droits

    Les cadavres criblés de balles d'une militante tchétchène et de son mari ont été découverts dans le coffre de leur voiture à Groznyï la semaine dernière, le lendemain de leur enlèvement. Par ailleurs, au Daghestan voisin, un journaliste d'enquête bien connu a été assassiné. Les groupes ARTICLE 19 et Human Rights Watch, membres de l'IFEX, ainsi que d'autres groupes affirment que la violence est un signe que, dans la Russie d'aujourd'hui, surtout en Tchétchénie, les voix indépendantes sont toujours impitoyablement réduites au silence.

Dernier Tweet :

Report reveals shocking levels of discrimination aganst transgender women in #Cambodia https://t.co/gC5vkHxLY1 @ASEANMP @AJIIndo @ASEANSOGIE