Pour une connexion sécurisée, cliquez ici. Si vous vous demandez toujours pourquoi le protocole HTTPS est si important, cliquez ici.

RÉGIONS:

NAYYOUF EST ENLEVÉ PENDANT 24 HEURES; UN JOURNALISTE RESTE INCARCÉRÉ

Le journaliste Nizar Nayyouf, libéré récemment après neuf ans de prison, a été enlevé dans une rue de Damas le 20 juin, rapportent l’Association mondiale des journaux (AMJ), Reporters sans frontières (RSF) et l’Institut international de la presse (IIP), pour être été relâché vingt-quatre heures plus tard, selon RSF. L’enlèvement s’est produit le jour où Nayyouf devait transmettre des informations sur des crimes qui auraient été commis par des agents des services de renseignements syriens, rapporte l’AMJ. Tandis que les autorités syriennes niaient toute participation à l’incident, Nayyouf a déclaré à RSF que des agents des services de renseignements l’avaient enlevé et avaient essayé d’acheter son silence sur la question des droits de la personne en Syrie. "Ils [m’ont proposé] une voiture, une maison, beaucoup d’argent en échange de mon silence sur ce que je savais concernant les violations des droits de l’homme en Syrie", a dit Nayyouf. Devant son refus, ils l’ont battu et ont menacé de tuer son frère. Le journaliste s’est en outre dit d’avis que c’étaient les services de renseignement, et non le président, qui avaient orchestré son enlèvement.

Nayyouf, lauréat de plusieurs récompenses pour sa défense de la liberté de la presse, dont le Prix mondial 2001 de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo-Cano, a été libéré de prison le 6 mai, mais demeure assigné à résidence. Entre autres conditions imposées à son assignation à résidence, Nayyouf doit s’abstenir de toute activité politique ou de défense des droits de la personne, mais il a refusé de reconnaître cette condition, dit l’AMJ, qui rappelle que Nayyouf est atteint de leucémie et d’autres formes de cancer, qu’il est partiellement paralysé à la suite de passages à tabac répétés en prison, et qu’au moment de son enlèvement, il se rendait à Damas recevoir des soins médicaux. [Mise à jour des "Communiqués" 10-18, 10-17, 10-10, 10-05, 9-23 et 9-12 de l’IFEX.]">http://communique.ifex.org/articles_francais.cfm?category=1%20Nouvelles%20R%E9gionales&volume=10&issue_no=18%26amp;lng=francais#3155">10-18, 10-17, 10-10, 10-05, 9-23 et 9-12 de l’IFEX.]

Bien que plusieurs journalistes aient été remis en liberté depuis que Bachar al-Assad a succédé à son père en juillet 2000, le président de la Syrie reste sur la liste des trente prédateurs de la liberté de la presse. RSF fait observer qu’‘Adel Isma’il, collaborateur du quotidien libanais "Al Raïa", arrêté en 1996 et condamné à dix ans de prison pour participation présumée au Parti Baas démocratique, interdit, demeure incarcéré. Le président syrien a également autorisé la parution de quatre journaux privés mais, selon RSF, ces nouvelles publications diffèrent peu de la presse gouvernementale, bien connue pour sa propagande. L’organisation ajoute que de nombreux journalistes syriens vivent maintenant en exil, que le dernier numéro du journal satirique "Addomari" a été censuré et que les grands quotidiens du Liban (où sont stationnées des troupes syriennes) sont régulièrement censurés.


Dernier Tweet :

Report of Mexican citizen journalist's murder appears via her own twitter account http://t.co/tuTkEPdwxr | @pressfreedom #Mexico