Pour une connexion sécurisée, cliquez ici. Si vous vous demandez toujours pourquoi le protocole HTTPS est si important, cliquez ici.

RÉGIONS:

NIZAR NAYYOUF DE NOUVEAU SOMMÉ DE COMPARAÎTRE

Dans son dossier du 7 septembre sur la situation de la liberté de la presse en Syrie, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) rapporte que “certains signes montraient que [la presse syrienne] sortait d’un profond sommeil” après la mort, en juin 2000, d’Hafez al-Assad, l’un des dirigeants les plus autoritaires du Moyen-Orient. Lorsque son fils, Bachir al-Assad, a accédé au pouvoir, il a appelé de ses vœux une réforme et la “modernisation” afin de “renoncer à la mentalité d’introversion et de négativisme” et a procédé rapidement au remplacement des dirigeants des principales entreprises de la presse écrite et électronique. Dans les mois qui ont suivi, des journaux indépendants ont fait leur apparition pour la première fois en dix ans, et les journaux contrôlés par l’État ont publié, dit le CPJ, des “discussions animées sur la démocratie et les réformes politiques”. Les citoyens syriens ont aussi demandé de grandes réformes politiques, et le quotidien officiel “Al Thawra” a même publié une analyse extrêmement critique de l’économie étatiste, rapporte le CPJ.

Plus d’un an après, cependant, la réaction du gouvernement a ralenti les réformes de la presse et les journaux appartenant à l’État sont revenus à leurs vieilles habitudes. Les journalistes locaux estiment que Bachir al-Assad a pu être bien intentionné dans sa volonté de réforme et qu’il s’est heurté à une forte résistance de la part du cercle étroit des collaborateurs de son père et des services de renseignements, qui dirigent le pays depuis des décennies, fait remarquer le CPJ.


Le cas le plus connu au cours de la dernière année est celui de Nizar Nayyouf, journaliste, rédacteur en chef du mensuel “Sawt el Demokratia” et défenseur des droits de la personne. Nayyouf a été arrêté en 1992. Il était passible de peines supplémentaires pour avoir, entre autres, fait sortir clandestinement de prison des informations sur les violations commises dans le réseau carcéral. Le journaliste a été finalement libéré le 6 mai, après quoi il a donné de nombreuses entrevues à la presse arabe, où il soulignait les violations commises contre les droits de la personne dans le pays. En juin à Damas, des agents des forces de sécurité l’ont arrêté et détenu de nouveau pendant vingt-quatre heures. Début septembre, Nayyouf a encore une fois été convoqué devant les tribunaux et pourrait devoir répondre à des accusations. Reporters sans frontières (RSF) et l’Association mondiale des journaux (AMJ) se disent extrêmement préoccupés. [Mise à jour des “Communiqués” 10-25, 10-18, 10-17, 10-10, 10-05, 9-23 et 9-12 de l’IFEX.] Pour de plus amples renseignements, voir %26#224; www.cpj.org, www.rsf.fr et www.wan-press.org.


Dernier Tweet :

Turkish inmates banned from accessing,reading select publications in prison http://t.co/byCaR7bW58 @bianet_org @IndexCensorship @Independent