Pour une connexion sécurisée, cliquez ici. Si vous vous demandez toujours pourquoi le protocole HTTPS est si important, cliquez ici.

RÉGIONS:

LES GROUPES DE DÉFENSE DE LA LIBRE EXPRESSION DÉNONCENT LES ATTAQUES CONTRE LES JOURNALISTES ET LES DÉFENSEURS DES DROITS DE LA PERSONNE

Dans le sillage des agressions commises à Tunis contre des journalistes et des militants des droits de la personne au cours des derniers jours, le Groupe d'observation de la Tunisie organisé par l'IFEX (TMG) vient de lancer une protestation contre l'accueil en Tunisie du Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI).

La coalition a annulé la tenue aujourd'hui d'un contre-événement au SMSI, soulignant qu'une série d'incidents, notamment l'agression au couteau dont un reporter français a été victime, montrent combien la Tunisie est inapte à accueillir une conférence sur la liberté d'expression et l'Internet.

Le 11 novembre 2005, Christophe Boltanski, correspondant au quotidien parisien « Libération », a été tabassé et poignardé par quatre individus près de son hôtel de Tunis, situé dans le quartier des ambassades, indique le TMG. Lorsqu'il s'est mis à crier pour demander de l'aide, des gardiens qui se trouvaient à proximité près d'une ambassade ne sont pas intervenus, dit le TMG.

L'agression s'est produite le lendemain du jour où « Libération » avait publié le reportage de Boltanski sur les affrontements entre la police et des militants qui manifestaient leur appui à sept grévistes de la faim qui font campagne pour obtenir la remise en liberté des prisonniers politiques en Tunisie.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a également condamné cette agression, faisant remarquer l'existence en Tunisie de nombreux cas où des assaillants, que l'on présume appartenir à la police secrète du pays, s'attaquent aux journalistes tunisiens qui couvrent le gouvernement d'une manière critique.

Le 13 novembre, un policier tunisien en civil a bousculé des représentants de médias tunisiens et étrangers et d'organisations de défense des droits de la personne qui tentaient de tenir une assemblée à l'Institut Goethe, centre culturel de l'Ambassade d'Allemagne.

Les militants des droits voulaient tenir une réunion afin de préparer un Sommet Citoyen sur la société de l'information, qui se veut un événement parallèle au SMSI consacré à débattre de la liberté d'expression et d'autres droits de la personne. La police a saisi l'équipement d'un caméraman de la télévision belge et confisqué ses bandes vidéo. L'assemblée a été annulée.

Par ailleurs, les autorités tunisiennes empêchent la vaste majorité des Tunisiens d'accéder à quelque 20 sites web du pays qui critiquent le gouvernement, et ne permettent qu'aux seuls délégués présents sur les lieux officiels du SMSI de consulter ces cites web.

Selon le TMG, le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, devrait inviter le gouvernement tunisien à mettre fin aux attaques contre la société civile et la liberté d'expression et ouvrir une enquête spéciale sur les attaques perpétrées récemment.

Human Rights Watch publie aujourd'hui un rapport dans lequel il affirme que la Tunisie continue d'emprisonner des gens parce qu'ils disent leur opinion sur Internet, et de réprimer les sites web qui se montrent critiques du gouvernement.

Une de ces personnes, Mohamed Abbou, purge une peine de trois ans de prison pour avoir publié sur un site web interdit un article qui comparait le traitement des dissidents par le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali à celui des Palestiniens par le premier ministre israélien Ariel Sharon.

Un autre critique, Abdallah Zouari, est interdit d'accès aux cafés Internet et subit au harcèlement des autorités.

Le SMSI se déroule du 16 au 18 novembre.

Pour plus de renseignements sur les violations de la libre expression et des autres droits de la personne en Tunisie, lire le rapport du TMG "Freedom of Expression in Tunisia: The Siege Continues" [Liberté d'expression en Tunisie : Le siège continue] :
http://www.wan-press.org/IMG/doc/TMG_Sept_2005_-_final-fr.doc
Pour des mises à jour sur la Tunisie, aller à : http://campaigns.ifex.org/tmg/fr

Ce que vous pouvez faire :
- Envoyer une lettre de protestation pour aider à faire libérer Mohamed Abbou :
http://web.amnesty.org/pages/tun-141105-action-eng
Rester informés :

- Human Rights Watch : http://www.hrw.org/reports/2005/mena1105/
- RSF : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=15603
- CPJ : http://www.cpj.org/news/2005/Tunisia14nov05na.html
- Nule part où parler de la liberté de l'Internet : http://www.iht.com/articles/2005/11/15/opinion/edlabidi.php
- Sommet Citoyen sur la société de l'information : http://www.citizens-summit.org/
- Déclaration du regroupement des médias au SMSI à propos des attaques :
http://www.article19.org/pdfs/other/wsis-media-caucus-statement.pdf
- Liste des sites web bloqués en Tunisie : http://www.apc.org/francais/wsis/blog/index.shtml?x=2433161
- Association for Progressive Communications : http://www.apc.org/english/wsis/blog/index.shtml
- BBC : http://news.bbc.co.uk/2/hi/technology/4439936.stm

Dernier Tweet :

Préparez-vous pour la première Journée internationale de la fin de l’impunité, dimanche ! http://t.co/HROvAbbcoy #EndImpunity