RÉGIONS:

UN MILITANT DES DROITS SE VOIT NIER LE DROIT DE VOYAGER

Les autorités tunisiennes ont encore une fois nié à un éminent avocat et défenseur des droits de la personne le droit de se déplacer librement, cette fois pour soutenir un journaliste égyptien qui subit un procès, selon ce que rapporte le Réseau arabe d'information sur les droits de la personne (HRInfo).

Ancien prisonnier d'opinion libéré en juillet, Mohamed Abbou s'est vu interdire de se rendre au Caire, en Égypte, assister au procès d'Ibrahim Essa, rédacteur d'un magazine hebdomadaire qui risque quatre ans de prison pour avoir fait état de rumeurs selon lesquelles la santé du président Hosni Moubarak se détériorerait. Le procès d'Essa a depuis été reporté au 14 novembre.

HRInfo condamne la décision du gouvernement tunisien. « Ce déni est illégal et repose uniquement sur le bon vouloir de la police tunisienne », dit HRInfo.

Abbou était invité par HRInfo et le Conseil national pour les libertés en Tunisie afin de montrer son appui à un nombre croissant de journalistes et de critiques égyptiens qui sont ciblés par les tribunaux. Rien que la semaine dernière, le chef du parti nationaliste d'Égypte, le Wafd, d'opposition, et deux journalistes du parti, ont été condamnés à un mois de prison après avoir été reconnus coupables de diffamation.

C'est la deuxième fois que Abbou se voit refuser le droit de voyager depuis sa remise en liberté, en juillet, après un séjour de plus de deux ans en prison pour avoir mis au jour sur Internet des cas de torture dans les prisons tunisiennes. Il devait se rendre à Londres en août pour apparaître sur la chaîne Al-Jazira dans une émission sur la libre expression et les droits de la personne.

Abbou a été invité à parler des violations des droits de la personne en Tunisie à l'occasion d'une manifestation organisée le 13 novembre à Washington pour dénoncer le vingtième anniversaire du règne du président Ben Ali. L'événement est organisé par le Groupe d'observation de la Tunisie organisé par l'IFEX (TMG), Human Rights Watch, Human Rights First, Amnesty International-USA et la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH). Les membres du TMG de l'IFEX et d'autres membres de l'IFEX font des démarches pour tenter de « mettre fin à la restriction, draconienne et illégale, imposée au droit de se déplacer librement de Mohamed Abbou ».

Pour assister à la conférence, RSVP avant le 9 novembre à : jordane@humanrightsfirst.org

Pour plus de renseignements, cliquer ici :
http://www.ifex.org/en/content/view/full/87338/
Consulter les sites suivants :
- HRinfo : http://www.hrinfo.net/en/reports/2007/pr1023.shtml
- Action conjointe de l'IFEX : http://tinyurl.com/yutsf2
- Culpabilités de « Al-Wafd » : http://tinyurl.com/2yauka
- Alerte sur Issa : http://www.ifex.org/en/content/view/full/86695/
- TMG : http://campaigns.ifex.org/tmg/
(30 octobre 2007)

Dernier Tweet :

Discotech hosted by @Info_Activism and @APC_News features Katitza from @EFF on circumvention is not a crime http://t.co/dXO65cPoUX