RÉGIONS:

OBAMA S’ENGAGE À FAIRE PREUVE D’OUVERTURE ET DE TRANSPARENCE

Les groupes ARTICLE 19 et Privacy International (PI), membres de l'IFEX, saluent les nouvelles politiques du président des États-Unis Barack Obama, qui améliorent l'accès du public à l'information gouvernementale, annoncées dès le premier jour de son entrée en fonction.

Le « Mémorandum du Président concernant la Loi sur la Liberté d'accès à l'information » fixe de nouvelles normes en faveur de la divulgation et appelle à « un niveau d'ouverture sans précédent au gouvernement », indiquent ARTICLE 19 et PI.

« Devant le scepticisme, l'ouverture l'emporte », peut-on lire dans le mémo. « Le gouvernement ne doit pas garder les renseignements confidentiels simplement parce que certains responsables publics pourraient être mis dans l'embarras par leur divulgation, parce que des erreurs et des échecs pourraient être révélés ou en raison de craintes spéculatives ou abstraites.

« La non-divulgation ne doit jamais être fondée sur un effort en vue de protéger les intérêts personnels de personnalités du gouvernement aux dépens de ceux qu'ils sont censés servir. »

Pour ARTICLE 19 et PI, cette initiative « inverse des années de secret excessif » et doit servir de modèle aux autres pays.

Par ailleurs, Human Rights Watch se réjouit de la décision prise rapidement par Obama de suspendre pendant 120 jours les commissions militaires « iniques » de Guantánamo, ce qui donne à la nouvelle administration le temps de décider du mérite des cas pendants. Selon Human Rights Watch, c'est là une des premières étapes nécessaires pour « réparer les dommages énormes causés par l'administration Bush et (pour) entreprendre de restaurer la réputation du gouvernement des États-Unis et son efficacité comme défenseur des droits de la personne ».

Consulter les sites suivants :
- ARTICLE 19/PI : http://tinyurl.com/dyzs35
- Human Rights Watch : http://tinyurl.com/9xzjhp
(28 janvier 2009)

Dernier Tweet :

¡Súmate! Pregunta a @Facebook @Twitter @YouTube qué hacen sobre la violencia contra las mujeres en línea: http://t.co/z6Is5btKxr