RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

JOURNÉE MONDIALE DE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE EN AMÉRIQUES

Un grand nombre de nos membres des Amériques se dirigent vers la Colombie pour assister à l'événement de l'UNESCO - la Fondation pour la liberté de la presse (Fundación para la Libertad de Prensa, FLIP), basée à Bogotá, l'Institut pour la presse et la société (Instituto Prensa y Sociedad, IPYS) du Pérou, et la Société interaméricaine de la presse (SIP) basée à Miami, aux États-Unis, sont tous des poids lourds qui représentent le thème de cette année aux diverses tables rondes (voir le programme à : http://tinyurl.com/2olag3). Des activités locales se déroulent aussi dans la région. Du sud au nord :

En plus de participer aux événements de l'UNESCO à Medellín, la Fédération internationale des journalistes (FIJ) fonde, à l'occasion d'un congrès les 1er et 2 mai, un syndicat national pour la Colombie en faveur d'un « journalisme libre, responsable et sûr ». Et en plus de discuter de l'avalanche des violations des droits commises contre les journalistes dans le pays, les participants de 24 organisations régionales vont échanger des conseils sur la façon de protéger et de promouvoir leurs propres droits au logement, aux prestations d'assurance-maladie et à de la formation en tant que partie à une fédération.
Aller à : http://www.ceso-fip.com
Un certain nombre d'organisations locales de défense des médias, dont les sections mexicaines d'ARTICLE 19 et de Reporters sans frontières (RSF), seront rassemblées le 3 mai à Mexico pour honorer les 30 journalistes tués au cours des sept dernières années au Mexique, les cinq disparus et les sept médias qui ont résisté aux attaques.
Courriel : [email protected]
Au Paraguay, Probidad s'active à constituer un rapport électronique sur la libre expression en Amérique centrale pour marquer le 3 mai. Consulter le site web : http://www.probidad.org/tiki-index.php

La situation en Afrique sub-saharienne n'augure rien de bon, peut-on lire dans le rapport spécial du Comité pour la protection des journalistes (CPJ), des États-Unis, sur les 10 « lâcheurs », les pays où la liberté de la presse s'est le plus gravement détériorée au cours des cinq dernières années. L'Éthiopie arrive en tête de cette liste du déshonneur du CPJ, avec la Gambie et la République démocratique du Congo non loin derrière. Encore une fois, la Russie et Cuba figurent parmi les finalistes. Complètent la dizaine le Pakistan, l'Égypte, l'Azerbaïdjan, le Maroc et la Thaïlande. Obtenez votre exemplaire du rapport - disponible en anglais, français, espagnol, portugais, arabe et russe - ici : http://www.cpj.org

Le meurtre en 1998 du journaliste Tara Singh Hayer ne s'est pas produit dans un village reculé du Punjab. Hayer a été tué dans son garage au Canada. Plus de huit ans plus tard, son assassinat n'est toujours pas résolu, comme d'ailleurs c'est le cas dans 85 pou 100 des affaires de meurtre d'artisans des médias. Cette année, donc, le groupe des Journalistes canadiens pour la liberté d'expression (CJFE) vous demande de souligner le 3 mai en vous informant davantage sur les personnes qui ont perdu la vie pour vous avoir apporté la nouvelle. Pour vous guider, consultez la section du site web du CJFE consacrée à l'impunité, qui contient des dossiers particuliers sur l'Érythrée, l'Éthiopie, les Philippines et l'Amérique latine : http://www.cjfe.org/wpfd/wpfdindex.html

La plume est toujours plus puissante que l'épée, disent le Cercle national des journalistes du Canada et l'Association canadienne des journaux. Ces deux organismes vont célébrer avec style les champions de la liberté de la presse et leurs réalisations des années passées lors d'un déjeuner le 3 mai au Centre National des Arts d'Ottawa, auquel le CJFE apporte son appui.
Aller à : http://www.pressclub.on.ca/
Universitaires, journalistes, députés au Congrès et membres de l'administration étaient invités à se pencher sur « Les menaces à la liberté des médias au XXIe siècle » avec Freedom House et le Broadcasting Board of Governors (BBG). L'événement du 1er mai qui s'est déroulé à Washington a examiné le climat médiatique en Russie, au Zimbabwe, au Venezuela, en Chine, en Égypte et en Iran. Si vous n'avez pu vous procurer de billets pour assister à cet événement tenu à guichet fermé, allez voir le webcast et l'étude sur la Liberté de la presse en 2007, de Freedom House, qui constate que la situation de la liberté de la presse s'est améliorée en Italie, au Népal, en Colombie et en Haïti, mais que le reste du monde n'allait pas aussi bien.

Le 3 mai, Freedom House accueille au National Press Club de Washington une discussion sur les tendances de la liberté de la presse au Moyen-Orient intitulée « Free to Speak » [Libres de parler].
Aller à : http://www.freedomhouse.org
Autres événements :
- Communication « jour de marché » des journalistes et des médias, à Toluca de Lerdo, Mexique, les 3 et 4 mai; courriel : [email protected]
- « Démocratie des médias, Lois sur les médias et Accès à l'information : Les défis des journalistes et des entreprises de médias des Caraïbes », ;a Sainte-Lucie, les 2 et 3 mai : http://tinyurl.com/33vwkj
(1 mai 2007)

Dernier Tweet :

El derecho humano de informar y ser informado es fundamental https://t.co/vMWtzGtf73 @IPLEXcr