RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Selon un rapport de la FIJ sur les violations de la presse en Afrique, le rôle des journalistes est mal compris

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) et la Fédération des journalistes d'Afrique (FAJ), qui lui est affiliée, viennent de publier un nouveau rapport décrivant les menaces dirigées contre les journalistes africains par les politiciens, les milices et les extrémistes religieux.

Le rapport, intitulé « Press Freedom 2009 in Africa » (La liberté de la presse en Afrique en 2009), explique que dans les zones qui ne sont pas déchirées par la guerre, il existe toujours des obstacles à la pratique du journalisme indépendant et du journalisme d'enquête, étant donné que le rôle des médias libres comme condition préalable à la démocratie n'est pas compris de manière convenable. « Certains gouvernements et groupes sociaux... ne veulent pas que certaines de leurs activités fassent l'objet de reportages par des journalistes indépendants », dit le rapport.

Dans les zones de conflit, comme en Somalie, au Soudan et en République démocratique du Congo, les journalistes sont considérés comme faisant partie de factions différentes et subissent de violentes représailles. En période de troubles civils, les journalistes sont accusés de sympathiser avec le gouvernement ou perçus par les agents de sécurité des gouvernements comme collaborant avec les manifestants, comme c'est le cas en Guinée et au Niger. Au Gabon, les médias indépendants sont intimidés et bâillonnés.

« Les dirigeants politiques et les leaders d'opinion ont fait des attaques contre la liberté de la presse une règle générale », dit le rapport. Et de nombreuses violations ne sont pas rapportées. Treize journalistes ont été tués dans la région en 2009.

ADDITIONAL INFORMATION
Ressources additionnelles


Dernier Tweet :

Human Rights Journalists (HRJ) is deeply concerned at the increasing acts of intimidation and threats against journ… https://t.co/bJTJFd5dg0