RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les défenseurs des droits sont visés tandis que les autorités resserrent les restrictions à la liberté d'assemblée

Un défenseur des droits de la personne et auteur d'un livre sur les disparitions involontaires et les crimes commis pendant les années 1990 à Relizane, dans le nord-ouest de l'Algérie, a été arrêté la semaine dernière dans ce qui semble être un effort élargi de répression contre les activistes et les défenseurs des droits dans le pays par des moyens légaux en apparence. Mohamed Smaïn a été arrêté le 19 juin et s'est vu intimer l'ordre de purger la peine de deux mois d'emprisonnement qu'il a reçue en octobre dernier pour avoir, paraît-il, diffamé l'ancien maire de Relizane, selon ce que rapporte le magazine de nouvelles en ligne Slate Afrique. Smaïn avait d'abord reçu une peine avec sursis en raison de son état de santé, qui nécessitait des soins médicaux. Sa détention récente est « symptomatique du climat d'impunité qui sévit en Algérie », disent le Collectif des Familles des disparus et des groupes internationaux de défense des droits dans une déclaration conjointe.

Le Réseau arabe d'information sur les droits de la personne (Arabic Network for Human Rights Information, ANHRI) donne des nouvelles sur un certain nombre d'autres activistes et défenseurs des droits qui ont dû faire face récemment à des épisodes similaires de harcèlement judiciaire. Ces incidents, dit le Réseau, constituent « une tentative de la part des autorités pour perturber leur travail de mise à nu et de documentation des violations et des crimes commis par le régime du [Président Abdelaziz] Bouteflika ».

Au début de cette semaine, quatre défenseurs des droits de la personne ont été traînés devant les tribunaux pour répondre à des accusations d'« incitation à un rassemblement non armé », rapporte l'ANHRI. Ils avaient appelé à la remise en liberté d'Abdelkader Kherba, un membre du Comité national de défense des droits des chômeurs et de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme. Kherba a été arrêté le 18 avril pour avoir participé à un sit-in non violent en solidarité avec les greffiers de cour qui exigeaient de meilleures conditions de travail, rapporte la Fondation internationale pour la protection des défenseurs des droits humains (Front Line Defenders). D'après l'ANHRI, Kherba s'est vu décerner le 3 mai une peine d'un an de prison avec sursis et une amende d'environ 200 euros (250 $US).

« Le procès des quatre activistes constitue une violation flagrante de la liberté de se réunir paisiblement, de la liberté d'association et de la liberté de manifester. Ce procès vise à réprimer la société civile en Algérie », dit l'ANHRI.

Human Rights Watch a constaté un abus similaire de la loi pendant la dernière partie de la campagne qui a précédé les élections de mai. À ce moment-là, des manifestants pacifiques ont été détenus et d'autres ont été empêchés de se rendre dans la capitale en vertu de lois répressives sur les rassemblements publics, notamment un interdit de manifestation en vigueur dans la capitale, Alger.

À la répression s'est ajouté le gouvernement qui exerçait un contrôle accru sur les libertés d'assemblée et d'association. Des modifications apportées en décembre 2011 à la loi sur les associations imposent de nouvelles restrictions à la création et au financement des associations, comme l'exigence d'une approbation préalable par les autorités, indique le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques, Maina Kiai. Les demandes peuvent en outre être rejetées sans recours possible aux tribunaux.

De plus, les objectifs visés par les activités d'une association ne doivent pas être contraires aux « valeurs nationales », dit la loi, qui stipule que toute « ingérence dans les affaires intérieures du pays » entraîne la suspension ou la dissolution du groupe.

ADDITIONAL INFORMATION
Alertes liées au même sujet sur ifex.org


Dernier Tweet :

Philippines: Speak truth to power, keep power in check https://t.co/3JnxMnJ4WY "... the paramount duty of a free pr… https://t.co/hXI00qT2Bs