RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

PROFIL

Edison Lanza

Passionné par la liberté d'expression, Edison Lanza a consacré sa vie et sa carrière professionnelle à la défense et à la promotion de ce droit humain inaliénable et fondamental. À l'heure actuelle, il est entrain d’accomplir ce travail à partir d'une des positions les plus importantes au monde, celle de Rapporteur spécial de l'Organisation des États américains (OEA) chargé des questions de la liberté d'expression.

IACHR

« Le défi de la promotion et de la défense du droit à la liberté d'expression dans l'ensemble de l'hémisphère et dans toutes ses dimensions est énorme, mais le rôle joué par le Rapporteur spécial est si central et si important que je suis absolument engagé dans ce mandat ».


Edison Lanza, entretien avec IFEX

Edison Lanza est actuellement Rapporteur spécial pour la liberté d'expression de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) de l'OEA. Il occupe ce poste depuis 2014, reprenant le rôle de la colombienne Catalina Botero de surveiller et de défendre la liberté d'expression dans tous les pays membres de l'OEA.

La carrière de Lanza, avant d'assumer la fonction de Rapporteur, a été marquée par une longue trajectoire dans le domaine de la liberté d'expression, de la société civile, du journalisme et du droit. Il a travaillé dans ces domaines pendant des années dans son pays natal, l'Uruguay.

Dans un entretien avec IFEX, Lanza a noté que « la liberté d'expression est parmi les droits qui définissent le caractère unique des êtres humains », et se fondant sur ce principe, l'avocat et journaliste Uruguayen a consacré une grande partie de sa vie à défendre ce droit.

En 1988, Lanza a commencé à travailler comme journaliste à l'âge de 18 ans. Sa carrière s'est développée jusqu'à sa position actuelle au niveau international. Au cours de sa carrière, Lanza a travaillé pour presque tous les médias imprimés en Uruguay où il a occupé divers postes, allant de celui de journaliste à rédacteur en chef.

Lanza s'est lancé dans l'activisme en se fondant également sur sa formation d'avocat. Diplômé de la faculté de droit de l'Université uruguayenne de la République en 1997, Lanza s'est spécialisé dans la défense des cas de liberté d'expression, un domaine qu'il connaissait déjà à cause de son travail dans les médias.

Il a occupé le poste d'avocat de l'Association de la presse uruguayenne, qui est le syndicat des journalistes Uruguayens. Dans ce rôle, il a porté devant la CIDH - un organe pour lequel il travaille à juste titre maintenant - plusieurs cas impliquant des journalistes qui étaient menacés en Uruguay.

Parmi ces cas, deux étaient particulièrement emblématiques. Le premier cas est celui de 2007 concernant l'affaire du journaliste Carlos Dogliani contre l'Etat uruguayen. Dogliani avait été condamné à trois mois de prison pour diffamation et imputations dommageables. Dans un jugement historique rendu par la CIDH en 2009, l'État uruguayen a reconnu qu'il avait violé les droits de la liberté de la presse et a accepté de négocier une résolution de l'affaire.

L'affaire a été le point de départ de la modification de la loi sur la presse et la pierre angulaire des réformes ultérieures concernant les crimes d'imputations dommageables et de diffamation.

Le second cas emblématique est celui du journaliste Uruguayen David Rabinovich. Cette affaire a été cruciale pour que le Parlement uruguayen, sous la pression de Lanza et d'autres associations de la société civile et des médias, adopte la première loi d'accès à l'information du pays, contribuant grandement à améliorer le travail des journalistes et des organisations de la société civile à travers l'accès à l'information publique.

En 2008, Lanza a joué un rôle déterminant dans la promotion de plusieurs lois qui ont modifié le cadre juridique uruguayen en matière de liberté d'expression, à savoir les radios communautaires, la dépénalisation des infractions de la communication, les réalisations déjà mentionnées dans l'accès à l'information publique et la loi sur les services de communication audiovisuelle, toutes des questions en suspens en Uruguay.

Parmi ses activités en tant que société civile, il faut souligner qu'en 2008, Lanza était cofondateur et président du Centre d'archives et d'accès à l'information (en espagnol : Cainfo), une organisation membre de l'IFEX. Grâce à cette implication, il a pu commencer à travailler au niveau international, dans différents pays de la région, en tant que consultant sur les questions de liberté d'expression et d'accès à l'information.

Il était également membre du Comité sur la liberté d'expression et l'accès à l'information de l'Alliance régionale pour la liberté d'expression et d'information (en Espagnol : Alianza Regional por la Libre Expresion e Information) et membre du Groupe de travail sur le Système interaméricain de Les droits humains et l'OEA de l'alliance IFEX-ALC sur les définitions de la liberté d'expression.

Lanza a écrit deux livres sur la liberté d'expression (« Liberté d'expression en jurisprudence », 2010 et « Critères d'harmonisation de la liberté d'expression et des droits des enfants et des adolescents », 2012) et des dizaines d'articles de niveau international sur l'observation et la défense de la liberté d'expression, devenant ainsi un spécialiste clé au niveau régional sur ce sujet.

Présentement, Lanza travaille sur plusieurs fronts pour continuer à défendre la liberté d'expression sur le plan régional. En tant que Rapporteur spécial, ses principales attributions incluent: « de sensibiliser à l'importance du plein respect du droit à la liberté d'expression et d'information dans l'hémisphère, étant donné le rôle fondamental que joue ce droit dans la consolidation et l'avancement du système démocratique ».

Dans son entretien avec IFEX, Lanza a noté que « Le défi de la promotion et de la défense du droit à la liberté d'expression dans l'ensemble de l'hémisphère et dans toutes ses dimensions est énorme, mais le rôle joué par le Rapporteur spécial est si central et si important que je suis absolument engagé dans ce mandat ».

Dernière mise à jour: 2 février 2017

Les autres visages de la liberté d'expression

Dernier Tweet :

Municipales 2017: Un evento con entrada restringida a la prensa https://t.co/R1Ejb1rGlN #Municipales2017 #Venezuela… https://t.co/QvGdYbX4m8