RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La "guerre médiatique" peut encore être arrêtée, dit RSF

(RSF/IFEX) - 9 septembre 2010 - La relation, depuis 2003, entre le gouvernement Kirchner, représenté par Cristina Kirchner depuis 2007, et la presse reste controversée. Malgré l'autorisation accordée, à la fin du mandat de Néstor Kirchner, au groupe Clarín d'intégrer à son holding les fournisseurs de télévision câblée Cablevisión et Multicanal, le gouvernement a très vite mis en cause la situation de monopole du groupe, qui possède plus de trente entreprises, toutes liées aux médias. Parmi celles-ci figurent le quotidien "Clarín", le plus grand tirage national, "La Razón", de distribution gratuite, "La Voz del Interior", premier journal de la province de Córdoba, "Los Andes", de même envergure dans la province de Mendoza, et l'unique journal sportif, "Olé". Le groupe Clarín est également propriétaire de Canal 13, Radio Mitre, et possède des parts de l'agence d'information privée DYN. De plus, le groupe est actionnaire majoritaire de Papel Prensa, qui est devenu l'un des principaux motifs de discorde entre sa propriétaire Ernestina Herrera de Noble et le pouvoir exécutif.

(. . .)

Lire le rapport intégral

Dernier Tweet :

#Canada: Media can't be an arm of the police, Vice lawyer tells Supreme Court hearing https://t.co/cIQjW5W1am @VICE… https://t.co/uVvmhvZn93