RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La violence contre les médias est très répandue dans les « démocraties » du sud-est asiatique, indique un rapport de la SEAPA

L'impunité, la censure et la violence contre les journalistes étaient généralisées dans les « démocraties » soi-disant établies de l'Asie du sud-est en 2010, peut-on lire dans « Caught in the Crossfire » (Pris entre deux feux), un nouveau rapport de l'Alliance de la presse de l'Asie du Sud‑Est (Southeast Asian Press Association, SEAPA). Cette tendance devrait fort vraisemblablement se poursuivre en 2011, ajoute la SEAPA.

La Thaïlande a été au centre de l'attention de la SEAPA en 2010, essentiellement à cause des médias qui sont coincés dans les échanges de tirs entre l'armée et le Front Uni pour la démocratie contre la dictature (UDD), connu sous l'appellation des « Chemises rouges ». Pendant la crise politique, 91 personnes ont perdu la vie, dont deux journalistes, et 400 000 sites web ont été bloqués. Tandis que le décret d'urgence était levé en décembre, il reste des questions sans réponse concernant la capacité des médias à opérer librement dans la période d'après-conflit, dit le SEAPA.

De la même manière, aux Philippines, le doute persiste que la nouvelle administration du Président Benigno Aquino III tiendra ses promesses de mettre fin à l'impunité. À la suite de la crise des otages d'août 2010 à Manille, lors de laquelle neuf personnes ont péri, les politiciens envisagent d'adopter une réglementation en vue de restreindre le rôle et les déplacements des médias dans les situations de ce genre.

Par ailleurs, en Indonésie, on a recensé jusqu'à 47 incidents de violence contre des journalistes, notamment contre un reporter qui a perdu la vie dans les Moluques du Sud. Apparemment, le Ministère de la Défense appuie les plans d'une nouvelle loi sur le secret.

« Les perspectives pour l'année 2011 ne sont en général pas encourageantes, car il y a peu de signes chez les gouvernements d'une volonté politique de s'attaquer à l'impunité dans la région ou de souscrire à des réformes des médias et de les défendre », dit la SEAPA. Qui pis est, avec des élections prévues cette année en Thaïlande, à Singapour et en Malaysie, les gouvernements restreignent encore davantage les médias et le flux de l'information, dit la SEAPA.

Lire « Caught in the Crossfire: Southeast Asia’s Press Freedom Challenges for 2011 »

Dernier Tweet :

ECtHR finds arrests of Putin opponent Alexei Navalny to be politically-motivated; he is one of thousands of Russian… https://t.co/00CYULmomV