RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un auteur australien arrêté pour lèse-majesté, sa demande de libération sous caution rejetée

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières a pu rencontrer l'auteur australien Harry Nicolaides, détenu à la prison centrale de Bangkok depuis le 31 août 2008. Il est accusé de crime de "lèse-majesté" pour avoir publié, en 2005, le livre "Verisimilitude", dans lequel un passage critique le fils aîné du roi de Thaïlande, Bhumibol Adulyadej. Harry Nicolaides a tenu à présenter des excuses publiques par la voix de l'organisation de défense de la liberté de la presse.

"Je suis désolé que mes mots aient blessé. Mon intention n'était pas de porter atteinte à Sa Majesté le roi ou à son royaume. Je suis écrivain, j'ai écrit ce que j'ai entendu dire par beaucoup de Thaïs. J'ai cru que c'était acceptable. J'ai fait une erreur", a insisté Harry Nicolaides.

Lors de l'entretien, l'auteur a confié que son ouvrage n'avait été tiré qu'à 50 exemplaires. Seuls sept exemplaires ont été vendus. "En tant qu'écrivain, mon rôle était de présenter mon travail à d'autres pour recueillir des observations. Sur 300 pages, seules trois lignes concernent le prince, qui n'est pas cité par son nom. Je dis qu'il avait déjà été marié et que son ex-femme a dû quitter la Thaïlande. Je croyais qu'il n'y avait aucun problème, car j'avais communiqué mon texte à la Bibliothèque nationale et j'ai obtenu un ISBN (International standard book number - numéro international de publication qui permet d'être commercialisé dans le monde entier) ", a-t-il déclaré.

Le 31 août, alors qu'il était à l'aéroport de Bangkok pour retourner en Australie, les autorités l'ont arrêté pour crime de "lèse-majesté" en vertu de l'article 112 du code de procédure pénale. Le 2 septembre, sa demande de libération sous caution a été rejetée sous le prétexte qu'elle serait un motif pour fuir.

"Ce sont les autorités qui détiennent son passeport. Dans cette situation, il lui est impossible de fuir. De plus, sa détention est illégale car Harry Nicolaides n'est toujours pas officiellement inculpé. Nous demandons sa libération immédiate", a déclaré Reporters sans frontières.

Harry Nicolaides souhaite déposer une nouvelle demande de liberté conditionnelle. S'il est inculpé, il risque entre trois et quinze ans de prison. Il a pu recevoir la visite de son frère et de sa compagne. Des journalistes étrangers ont également pu lui poser des questions.

"Je sais l'importance du respect des traditions, des coutumes et des attentes de ce pays. Je ne suis pas un provocateur", a conclu Harry Nicolaides.

Dernier Tweet :

Azerbaijani activist Ilgar Mammadov: Released from jail after 5 years but still not free https://t.co/ysZWsFUKjU @P24Punto24