RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le caricaturiste Zunar reçoit une récompense pour son courage

Le caricaturiste malaisien Zunar (à gauche, avec sa femme Fazlina) à qui CRNI a rendu hommage pour son courage.
Le caricaturiste malaisien Zunar (à gauche, avec sa femme Fazlina) à qui CRNI a rendu hommage pour son courage.

CRNI

Le caricaturiste malaisien Zulkiflee Anouar Ul Haque (Zunar) résiste farouchement à la censure d'État. Il déploie des stratégies créatrices pour préserver ses dessins et les conserver pour le public de la Malaisie, et il se bat courageusement contre toutes les institutions du pouvoir d'État qui sont à l'oeuvre contre lui. Le 7 juillet dernier, lors d'une cérémonie qui s'est déroulée à St. Petersburg, en Floride (USA), le réseau Cartoonists Rights Network International (CRNI) a décerné sa récompense annuelle du Courage en caricature politique à Zunar.

Depuis près de 10 ans, le gouvernement malaisien surveille Zunar intensément et le soumet à des formes draconiennes de censure. En 2010, il a été arrêté et détenu, et tous les journaux du pays se sont vu interdire de publier ses dessins. Zunar a répliqué en publiant cinq volumes de ses caricatures en format de poche, pour que le public de Malaisie puisse les voir.

Mais les livres ont été confisqués par le gouvernement et les éditeurs ont été enjoints de ne pas publier l'oeuvre de Zunar. De plus, son bureau est constamment la cible de descentes, des dizaines de ses livres ont été saisis par la police, et les distributeurs ont reçu l'ordre de ne pas les vendre, sous peine d'accusations criminelles. Ses faits et gestes sont surveillés et son téléphone est sous écoute.

Dans son discours de remerciement, Zunar a déclaré que ses dessins couvraient « les pratiques corrompues du Premier ministre et des membres de son cabinet, le meurtre d'un modèle mongolien du nom d'Altantuya, la conspiration contre Anouar Ibrahim, la domination de la femme du Premier ministre, le scandale du sous-marin Scorpene et le gaspillage des fonds publics ».

Zunar a expliqué que le gouvernement contrôle tous les journaux et les émissions de télévision et de radio, ce qui ne laisse aucune place à la dissidence. Il a ajouté : « Mon but est d'utiliser la caricature comme arme pour combattre la corruption et l'abus de pouvoir du gouvernement malaisien. Par mes caricatures, je soulève des questions très importantes, qui ne sont pas couvertes dans les médias que contrôle le gouvernement. »

Zunar prie tout le monde de combattre l'injustice. « Ma philosophie est claire : pour avoir des résultats, nous devons y aller à fond. Ma méthode consiste à critiquer les dirigeants les plus puissants de la manière la plus dure. Pourquoi pincer quand on peut donner un coup de poing ! »

Pour lire le discours de Zunar :

Pourquoi pincer quand on peut donner un coup de poing

Dernier Tweet :

Sudanese Amal Habbani to receive CPJ Annual Press Freedom award for her courage in continuing to practice her profe… https://t.co/Y0VRShkuj2