RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Signez la pétition pour soutenir la reporter Khadija Ismayilova, qui lutte contre la corruption et qui est menacée

OCCRP

Montrez votre appui à une courageuse journaliste anti-corruption d'Azerbaïdjan, qui a reçu des menaces crues la mettant en garde de cesser « de se comporter d'une manière inconvenante ». L'Institute for Reporters' Freedom and Safety (IRFS) « condamne vigoureusement la tentative de chantage contre la reporter de RFE/RL Khadija Ismayilova, geste bas et vil visant à faire taire une journaliste ». Elle travaille aussi pour le Projet de couverture du crime organisé et de la corruption (Organized Crime and Corruption Reporting Project, OCCRP), qui a créé une pétition que vous pouvez signer ici.

Journaliste primée, Ismayilova est coordonnatrice régionale de l'OCCRP et correspondante du Bureau de Bakou de Radio Liberty. Le 7 mars, elle a reçu par la poste une enveloppe contenant des photos de nature intime accompagnées d'une note de menace. La lettre disait qu'à moins de cesser de « se comporter d'une manière inconvenante », elle serait « diffamée ». D'après l'OCCRP, les photos sont de nature sexuelle explicite.

« Ismayilova a écrit de nombreux articles d'enquête mettant à nu la corruption chez des officiels azerbaïdjanais de haut rang et leurs familles, suscitant un scandale public », dit l'IRFS. Elle avait auparavant été visée par des éléments favorables au gouvernement, et les médias d'État ont publié de manière répétée ce que l'IRFS qualifie d'« articles diffamatoires contenant de fausses informations sur Ismayilova ».

D'autres journalistes d'Azerbaïdjan ont été attaqués par les mêmes méthodes, rapporte l'IRFS. Parmi eux, on compte Ganimat Zahid, rédacteur en chef du journal « Azadliq », le directeur des pages financières Azer Ahmadov et les reporters Natig Gulahmadoglu et Gan Tural. Des séquences vidéos contenant des scènes sexuelles ont été affichées sur Internet, ce qui indique, selon l'IRFS, un patron de « campagnes de diffamation, répétées et centralisées, contre les journalistes qui publient du matériel critique à l'égard du gouvernement ».

Dernier Tweet :

#AsiaPacific Nov r/up: military abuses suppressed, women journos speak #Burma https://t.co/jHhB89G5zE @seapabkk @article19org @MizzimaNews