RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

PROFIL

Mehman Huseynov: blogueur et défenseur de la liberté de la presse

Enlevé, torturé et envoyé en prison pour des accusations fallacieuses de calomnie, l'épreuve de Mehman Huseynov est emblématique de la façon dont l'Azerbaïdjan traite ses voix dissidentes.

Sancaq Productions

« Tout ce qui a été ordonné par le haut [par le gouvernement] se produira. Je n'ai commis aucun crime: ceci vise directement à étouffer la liberté d'expression ».


Mehman Huseynov, lors de son procès en mars 2017

Mehman Huseynov, 25 ans, est un blogueur qui se consacre à la dénonciation de la corruption politique; Il est également membre de l'IFEX et président du groupe azerbaïdjanais de la liberté de la presse l'Institut pour la liberté et la sécurité des journalistes (IRFS). Huseynov purge actuellement une peine d'emprisonnement de deux ans, pour avoir été reconnu coupable en mars 2017 d'accusations fallacieuses d'avoir calomnié un poste de police entier. Cette peine de prison est la plus récente dans une série d'injustices subies par le jeune blogueur aux mains des services de sécurité de l'Azerbaïdjan. Son épreuve actuelle a commencé au début de 2017.

Dans la soirée du 9 janvier 2017, Huseynov a été saisi et forcé d'entrer dans une voiture qui attendait par des hommes non identifiés dans le centre de Bakou. Le véhicule était parti en trombe et l'endroit où Huseynov était conduit est resté inconnu jusqu'au lendemain. Pendant qu'il était détenu au secret, la famille et les collègues du blogueur - préoccupés par son bien-être - ont contacté à plusieurs reprises la police pour obtenir de l'aide, mais en vain.

La révélation, quand elle est arrivée, selon laquelle le blogueur avait effectivement été enlevé par des agents de police non identifiés (une expérience familière dans la petite communauté de voix dissidentes de l'Azerbaïdjan), n'était pas le plus inquiétant. Des mois plus tard, lors de son procès en diffamation en mars 2017, Huseynov décrira des détails choquants de ce qui lui était arrivé ce soir-là:

« Après avoir parcouru la ville pendant un certain temps [avec un sac couvrant ma tête], ils m'ont amené à un endroit mais n'ont pas retiré le sac… Aussi bien le long du chemin parcouru qu'à l'endroit où j'ai été emmené, ils maintenaient ma tête vers le bas, avec le sac couvrant ma tête et ma bouche bâillonnée. Au département, l'un d'entre eux s'est allongé sur moi, me tourmentant davantage. Ils m'ont filmé d'une manière dégradante et en ricanant. Ensuite, ils ont retiré le sac de la tête. J'ai reconnu deux de ceux qui étaient dans la salle. Je savais qu'ils travaillaient pour la 22e station de police du département de police du district de Nasimi parce que l'un d'entre eux avait précédemment participé à l'arrestation de mon frère Emin Huseynov. Ils m'ont ouvertement dit que j'étais détenu à cause de mon travail [de journaliste]. Je me suis évanoui au poste de police. J'ai un thrombus veineux (caillot de sang) dans ma jambe, et aucun des hôpitaux ne m'admettra pour chirurgie parce que je n'ai eu aucun documents depuis longtemps ... Ils ont appelé une ambulance. Ensuite, ils m'ont amené dans une autre pièce et ont commencé à m'insulter. Ils m'ont même giflé plusieurs fois. Des médecins sont venus me donner une injection d’un médicament inconnue. Dans cet état inconscient, ils m'ont fait signer des documents. Même les médecins au poste de premiers secours ont demandé aux policiers: « Pourquoi avez-vous fait cela à un citoyen ordinaire »?

Le 10 janvier, le lendemain de son enlèvement, Huseynov a été emmené au tribunal du district de Nasimi. Il a été rapidement - et ridiculement - jugé pour avoir résisté à l'arrestation (article 535.1 du Code des infractions administratives). Bien qu'il ait risqué une peine potentielle pouvant aller jusqu'à 30 jours de prison, la Cour lui a ordonné de payer une amende de 200 AZN (environ 100 Euros) et l'a relâché. Au procès, son avocat a interpellé le procureur du district pour qu'il ouvre une enquête sur les mauvais traitements que son client avait subis.

Le soulagement de Huseynov d'être libéré n'a pas duré longtemps. En février 2017, dans un acte d'intimidation (motivé à la fois par la courageuse décision de Huseynov de parler publiquement de la violence qu'il avait subie en détention), le ministère de l'Intérieur de l'Azerbaïdjan (MIA) a déposé une plainte privée demandant qu'Huseynov soit poursuivi en vertu des articles 147 (diffamation) et 148 (injures) du Code pénal.

Le procès qui s'en est suivi le 3 mars 2017 était expéditif et truffé d'irrégularités qui ont empêché la défense d'avoir un délai suffisant pour se préparer. Huseynov savait que la justice ne serait pas au rendez-vous et, s'adressant à la cour, il a déclaré: « Tout ce qui a été ordonné d'en-haut [par le gouvernement] s'accomplira. Je n'ai commis aucun crime. Le procès n'a pas été mené de manière adéquate, ce qui est une preuve d'un ordre [d'en-haut]. Ceci vise directement à étouffer la liberté de la parole ».

À la suite de deux minutes de délibération, le juge a trouvé Huseynov coupable des accusations portées contre lui et l'a condamné à deux ans de prison; il a été emmené menotté.

Il y eu une indignation mondiale à l'annonce de la nouvelle de la condamnation de Huseynov. Dans les jours suivant le procès, le représentant de l'OSCE pour la liberté des médias a fustigé la condamnation et a appelé à la libération de Huseynov; le Service d'action extérieure de l'Union européenne a dit que cette condamnation soulève « des questions sérieuses à la fois en ce qui concerne le respect de la liberté d'expression et la régularité de cette procédure légale » et a demandé une enquête sur le rapport d'Huseynov parlant de mauvais traitements de la part de la police. Aussi, une série de manifestations coordonnées ont été organisées en Allemagne, en Suède et en France exigeant que le blogueur soit libéré.

Lors d'une audience en appel au mois d'avril 2017, un tribunal de Bakou a confirmé la condamnation de Huseynov. En septembre 2017, la Cour suprême d'Azerbaïdjan a estimé que la cour d'appel n'avait pas traité de manière adéquate les demandes de la défense et a renvoyé l'affaire pour une deuxième audience auprès de la Cour d'appel de Bakou.

Les organisations de défense des droits humains, dont IFEX et plusieurs de ses membres, continuent de battre campagne pour la libération immédiate de Huseynov et pour que sa condamnation soit annulée.

Dernière mise à jour: 29 septembre 2017

Les autres visages de la liberté d'expression

Dernier Tweet :

Censura de la red: incesante amenaza a la democracia https://t.co/DsCTWvdMaz @derechosdigital @ipysvenezuela @IPYS… https://t.co/uOTXVFrnmu