RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Confiscation des journaux en série au Yémen sur fond de violences et de campagnes de diffamation contre les journalistes

(RSF/IFEX) - Le 28 avril 2011 - RSF souligne les dernières violations de la liberté d'expression au Yémen et au Bahreïn:

YEMEN

Le 25 avril 2011, la maison de Mohammed Al-Louzi, journaliste à "Akhbar Al-Youm" connu pour ses articles sur les événements actuels au Yémen, a été assiégée pendant trois heures par les forces de sécurité. Le même jour, un poste de la garde républicaine a retenu le rédacteur en chef du journal "Al-Shahid", Abdel Aziz Al-Majidi, et l'a empêché d'accéder à la province de Taëz. Cet incident est survenu le lendemain de la confiscation de plusieurs exemplaires de son journal au même poste de contrôle.

Ces incidents ne sont pas isolés. Plusieurs journaux régionaux des provinces d'Aden et de Taëz n'ont pu être distribués. Le 23 avril, le check-point situé à l'entrée de la province de Taëz a confisqué les éditions des journaux indépendants "Al-Qadiya" et "Al-Yaqeen", affiliés à l'opposition. Quant aux journaux "Al-Shari'" et "Al-Yaqeen", ils ont également été confisqués le 22 avril à la porte d'entrée sud de Sanaa par les forces de sécurité. Le chauffeur acheminant les exemplaires du quotidien "Akram Octobre" à la province de Taëz a été agressé. On a constaté la même mesure de censure dans la capitale le 20 avril dernier : des exemplaires de "Al-Oula Al-Youmiya" ont été saisis et le distributeur détenu pendant plusieurs heures.

Par ailleurs, les forces de sécurité ont également attaqué physiquement plusieurs journalistes. Le photographe Rashid Al-Menifi a été violenté par des agents de sécurité alors qu'il couvrait une manifestation à Sanaa, le 19 avri. Son appareil photo a été cassé et le photographe a dû être transféré en soins intensifs. Le correspondant du journal "Al-Wahdawi", Dahan Al-Shamri, quant à lui, a été agressé par des sympathisants du président Ali Abdullah Saleh, le 22 avril 2011, en raison de ses publications sur les revendications des jeunes de la province de Bani Qais.

Les journalistes font aussi l'objet d'une campagne de diffamation dans les médias. Ainsi, le journaliste Fikri Qasim, rédacteur en chef de l'hebdomadaire "Hadith Al-Madina", distribué au gouvernorat de Taëz, a été pris à parti. Son journal a fait objet de confiscation dernièrement en raison de sa couverture critique des événements. Les journalistes et militantes Samia Al-Aghbari, Bushra Al-Maqtari et Tawakkol Karman sont ciblées par une campagne en ligne visant à nuire à leur réputation. Quant au journaliste Mohamed Al-Abasi, il a reçu des menaces par téléphone.

BAHREÏN

Le blogueur et journaliste Haider Mohamed Al-Noaimi, qui travaillait notamment pour le journal d'opposition "Al-Wasat", a été arrêté le 24 avril 2011 dans la soirée. Une trentaine d'hommes ont pénétré chez lui, confisquant son ordinateur et ses appareils photos, avant de l'emmener. Il aurait été frappé pendant l'intervention des forces de sécurité. Son profil Facebook, où il publiait ses articles, est bloqué depuis le 3 avril.

Une autre journaliste d"'Al-Wasat", Nada Al-Wadi, a quant à elle été interrogée pendant plus de 10 heures, le 20 avril, avant d'être libérée.

Le net-citoyen Ahmed Yousif Al-Dairy est détenu depuis le 1er avril avec ses deux fils. Diabétique, il semblerait qu'il n'ait pas accès à son traitement. Son avocat n'a pas pu s'entretenir avec lui, et les autorités restent muettes sur son cas. Il est l'un des modérateurs du forum Aldair ( http://www.aldair.net/forum/ ), où officiait également Zakariya Rashid Hassan, mort en détention le 9 avril, après avoir été torturé. Sa famille craint qu'il ne subisse le même sort que son collègue.

Dernier Tweet :

Will a new wave of Israeli legislation diminish internet freedoms? https://t.co/Nb1PjkXkcT @7amleh