RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

« Merci », dit à l'IFEX le militant bahreïni des droits de la personne Nabeel Rajab

Nabeel Rajab, le président du Centre des droits de la personne de Bahreïn (Bahrain Center for Human Rights, BCHR), qui est membre de l'IFEX, a été remis en liberté le 24 mai 2014 après avoir purgé une peine de deux ans de prison pour avoir appelé à manifester en faveur de la démocratie. Dans la lettre ci-dessous, il nous dit à quel point il est précieux de faire partie du réseau de l'IFEX

L'activiste bareïni Nabeel Rajab (à gauche) s'entretient avec son voisin après avoir été libéré de prison à Manama, le 24 mai 2014
L'activiste bareïni Nabeel Rajab (à gauche) s'entretient avec son voisin après avoir été libéré de prison à Manama, le 24 mai 2014

Reuters

Merci pour tout le temps et les efforts infinis que vous avez déployés pour obtenir ma sortie de prison à Bahreïn, après deux ans d'emprisonnement.

Je suis coupable d'avoir exercé paisiblement mes droits à la liberté d'expression et à la liberté de réunion. Par l'intermédiaire de ses membres à travers le monde, l'IFEX a contribué à ma remise en liberté.

Je suis tellement fier de faire partie de la grande famille de l'IFEX ; vous comptez parmi les quelques personnes avec qui j'ai eu des contacts pendant mon séjour en prison.

Ce furent deux années difficiles. J'ai été détenu presque en isolement cellulaire. Les autorités m'ont gardé dans un immeuble éloigné et à l'écart ; j'étais isolé des autres prisonniers d'opinion, partageant ma cellule avec trois ou quatre individus reconnus coupables de délits liés à la prostitution.

Vous avez toujours démontré votre solidarité. Dans les réunions que vous avez organisées pendant que je purgeais ma peine de deux ans, vous avez affiché mon portrait. Vous avez pris des photos avec des messages qui exigeaient ma remise en liberté.


Lorsqu'elle venait me voir, ma femme Sumaya parlait toujours de vos campagnes efficaces – en particulier, de votre campagne qui consistait à faire le compte à rebours des jours qu'il restait avant ma libération – en plus de vos appels pour avoir de mes nouvelles. Tout cela me donne la force de poursuivre ma lutte en faveur des droits de la personne pour le bénéfice de tous.

Votre travail formidable m'a donné l'énergie supplémentaire pour m'opposer aux tentatives des autorités visant à faire cesser mon travail non violent de défense des droits de la personne. Vous m'avez fait sentir que je n'étais pas seul dans ma prison, et que le monde m'appuyait dans ma défense des droits fondamentaux et des droits civils de tous les citoyens de Bahreïn et des autres pays du Golfe.

Encore une fois, merci à l'IFEX. J'espère vous rendre visite bientôt pour pouvoir vous remercier les yeux dans les yeux. Mes collègues et moi au Centre des droits de la personne de Bahreïn (BCHR) allons poursuivre notre travail de défense des droits civils avec votre entière coopération et celle des autres inconditionnels de la liberté qui vivent sur cette planète.

Nabeel Rajab, président du Centre des droits de la personne de Bahreïn

Dernier Tweet :

Hungary: An illiberal state in the heart of Europe https://t.co/WHh4L0Lay0 https://t.co/a00pTQh63i