RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

PROFIL

Abdulhadi Al-Khawaja

Abdulhadi Al-Khawaja, cofondateur de l'Association Bahreïnie pour les droits de l'homme (Bahrain Center for Human Rights) et de l'Association pour les droits de l'homme dans le Golfe (Gulf Center for Human Rights), est vraisemblablement le plus éminent critique du gouvernement et militant des droits de l'homme. Il a passé 12 ans en exil défendant les droits humains dans sa terre natale. À son retour, il est condamné à la prison à vie pour avoir inspiré ses compatriotes Bahreïnis à faire de même.

Bahrain Center for Human Rights

Le 20 avril 2012, 72ème jour de grève de la faim, Abdulhadi Al-Khawaja demande à sa femme de transmettre le message suivant au peuple de Bahreïn.

Si je meurs dans le 24 prochaines heures, je demande au peuple de poursuivre au suivant le chemin de la résistance pacifique... Je ne veux pas que quiconque soit blessé en mon nom.

Si Al-Khawaja est devenu célèbre sur la scène internationale durant le soulèvement Bahreïni de 2011, son engagement a commencé bien plus tôt.

Alors étudiant à Londres dans les années 1970, Al-Khawaja manifeste contre les arrestations illégales des citoyens au Bahreïn. Sa participation est lourde de conséquences. De nombreux étudiants, y compris Al-Khawaja, font face à l'interdiction du renouvellement de leur passeport. Durant l'été 1980, après les arrestations, les détentions, les interrogatoires sous la torture d'autres manifestants et le saccage de sa maison familiale Al-Khawaja décide de s'installer et travailler depuis l'étranger.

En 1991, il reçoit l'asile politique au Danemark, où il fonde l'Organisation Bahreïnie pour les droits de l'homme, qui reçoit une reconnaissance internationale pour sa contribution aux changements politiques positifs au Bahreïn après la prise de pouvoir du nouveau chef d'État en 1999, Hamad Ibn Isa Khalifa.

Al Khawaja retourne au Bahreïn en 2001, bénéficiant alors d'une amnistie générale et fonde le Bahrain Center for Human Rights. De 2008 à 2011, il travaille comme coordinateur du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord pour Front Line Defenders, une organisation internationale fondée en 2001 pour la protection des défenseurs des droits humains

Le long et unique combat militant d'Al Khawaja s'est brusquement arrêté le 9 avril 2011 lorsque des hommes cagoulés s'introduisent dans la maison de sa fille, l'attaquent et le placent de force en détention. Il est jugé avec 20 autres Bahreïnis pour “organisation terroriste” et “tentative de renversement du gouvernement par la force”, le 22 juin 2011 il est condamné à la prison à vie dans la prison de Jaw, tristement célèbre pour les rapports alarmants faisant état de l'usage de torture.

Depuis septembre 2013, moment où la plus haute cour du Bahreïn a maintenu sa condamnation à perpétuité, la seule forme de protestation possible pour Al-Khawaja reste la grève de la faim. Sa première grève de la faim dura 110 jours.

Sa famille poursuit son travail. Sa fille, Maryam Al-Khawaja, a assuré la présidence du Center for Human Rights durant les périodes de détention de Nabeel Rajab et intervient fréquemment sur la scène internationale pour la défense des droits de l'homme au Bahreïn. Zainab Al-Khawaja, la soeur aînée de Maryam, a été arrêtée pluieurs fois depuis qu'elle a rejoint le mouvement de contestation en 2011.

Dernière mise à jour: 15 avril 2015

Les autres visages de la liberté d'expression

Dernier Tweet :

#HongKong Judge criticises government inaction on online media access - IFEX https://t.co/9hSsKxTnF2 @PacIsNewsAssn… https://t.co/247eqfRcnF