RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Des activistes d'opposition populaires sont relâchés; la campagne pour faire libérer tous les prisonniers politiques se poursuit

Le militant d'opposition bélarusse de renom Andreï Sannikov vient d'être remis en liberté après avoir été gracié par le Président Alexander Lukachenko
Le militant d'opposition bélarusse de renom Andreï Sannikov vient d'être remis en liberté après avoir été gracié par le Président Alexander Lukachenko

Index on Censorship

Les activistes d'opposition bélarusses Andreï Sannikov et Dzmitry Bondarenko ont été libérés et graciés par le Président Alexandre Lukachenko, selon ce que rapportent Index on Censorship et ARTICLE 19, ainsi qu'une coalition de groupes qui faisaient pression pour obtenir leur élargissement.

Fondateur du groupe pro-démocratie appelé Charte 97, Sannikov était détenu depuis la répression de l'opposition qui avait fait suite à l'élection présidentielle de décembre 2010. pour sa part, Bondarenko était l'un des représentants de Sannikov et dirigeait la campagne intitulée « Bélarus européen ». Les deux hommes auraient subi des tortures en prison.

Index on Censorship, ARTICLE 19 et d'autres groupes membres de l'IFEX demandaient avec persistance leur remise en liberté, qui survient au moment où l'Europe envisage l'imposition le 23 avril d'autres sanctions contre le Bélarus.

Le chef de la revendication chez Index, Michael Harris, a déclaré que « la remise en liberté montre l'efficacité des sanctions ciblées contre l'élite du Bélarus… Et comme Lukachenko craint que le pays ne soit empêché d'accueillir le Championnat mondial de hockey sur glace en 2014, il apparaît clairement qu'il a la tête au compromis. »

Natalia Koliada, cofondatrice du Théâtre Libre du Bélarus, acclamé par les critiques, et du groupe militant « Bélarus libre maintenant », a déclaré à Index, « Je suis absolument transportée de joie que notre vieil ami Andreï Sannikov ait été libéré et puisse rentrer chez lui revoir sa femme et son jeune fils. Notre campagne va se poursuivre jusqu'à ce que tous les prisonniers politiques soient relâchés des prisons du Bélarus. »

Dans une déclaration conjointe de plus de deux dizaines de groupes, locaux et internationaux, de défense des droits, ARTICLE 19 annonce qu'au moins 13 prisonniers politiques demeurent toujours incarcérés, et demande qu'on les libère eux aussi.

Dernier Tweet :

Cambodia: @cchrcambodia Executive director @sopheapfocus was awarded the Franco-German Prize for Human Rights. So… https://t.co/5d1cB3YupP