RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Des manifestants d'opposants au gouvernement attaquent deux médias publics dont une chaîne de télévision est toujours hors service

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières exprime sa réprobation après les violences commises contre la station de radio Patria Nueva et la chaîne Canal 7 Televisión Bolivia, le 25 mars 2008 à Sucre. Les deux médias ont été pris pour cibles au cours d'une émeute déclenchée par une centaine d'opposants hostiles au préfet intérimaire du département de Chuquisaca (Sud) qui venait de prendre ses fonctions.

"Nous joignons nos protestations à celles de l'Association des journalistes de La Paz (APLP) contre ces actes de vandalisme inadmissibles, qui ont causé l'interruption des programmes de Patria Nueva et Canal 7 Televisión Bolivia. Qu'il soit public ou privé, qu'il revendique une ligne éditoriale progouvernementale ou d'opposition, un média n'a pas à faire les frais de règlements de comptes politiques, d'autant plus condamnables qu'ils prennent une tournure violente. Nous espérons qu'une enquête déterminera rapidement les responsabilités dans ces voies de fait, attentatoires au pluralisme d'opinion. Dans ce climat politique troublé, nous demandons aux organisations partisanes de toutes tendances de respecter le travail des journalistes", a déclaré Reporters sans frontières.

Le 25 mars, environ cent cinquante jeunes, pour la plupart cagoulés, et se revendiquant de l'opposition au président Evo Morales, ont pris d'assaut le siège préfectoral du département de Chuquisaca, à Sucre (capitale constitutionnelle et siège de l'Assemblée constituante), pour protester contre la récente entrée en fonctions du préfet intérimaire, Ariel Iriarte, nommé par le gouvernement de La Paz.

Après avoir fait exploser des bâtons de dynamite, vandalisé le palais de la préfecture et menacé ses fonctionnaires, les émeutiers ont attaqué à jets de pierres les locaux de Patria Nueva et Canal 7 Televisión Bolivia, accusés de faire campagne en faveur de la nouvelle Constitution et contre les revendications autonomistes dans la région. Cité par l'Agence France-Presse, le directeur de la communication du gouvernement, Gastón Nuñez, a fait savoir que Patria Nueva avait pu reprendre ses programmes au contraire de Canal 7 Televisión Bolivia, toujours absente des écrans en raison d'importantes dégradations du matériel de diffusion.

Devenu vacant depuis la démission en novembre 2007 de David Sánchez, soutien du gouvernement en butte à une forte revendication autonomiste locale, le poste de préfet de Chuquisaca a été confié à Ariel Iriarte dans l'attente de nouvelles élections prévues le 29 juin. L'instabilité politique du pays entretenue par les fortes divisions entourant le processus constitutionnel a été la source de nombreuses attaques contre les médias en 2007, en particulier dans les départements gouvernés par l'opposition au président Evo Morales.

Dernier Tweet :

Pakistan’s pioneering safety bill remains flawed. "From what has been presented to the public so far, the bill does… https://t.co/0XAI34DObN