RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

L'attaque contre un blogueur est le symptôme d'un niveau de violence plus élevé contre les médias

Un blogueur connu pour ses commentaires acerbes sur les officiels du gouvernement et sur la corruption dans la police a survécu à une fusillade la semaine dernière, selon ce que rapportent le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et Reporters sans frontières (RSF). Ce n'est là qu'un incident parmi de nombreux actes de violence criminelle qui visent les médias brésiliens, disent RSF et l'Associação Brasileira de Jornalismo Investigativo (ABRAJI).

Ricardo Gama a été atteint à la tête, au cou et à la poitrine le 23 mars dans le quartier Copacabana de Rio de Janeiro. Les projectiles provenaient d'un inconnu qui circulait à bord d'une voiture. Gama a été transporté immédiatement dans un hôpital situé à proximité par des résidents locaux; son état est stable après une chirurgie, mais il lui faut une machine pour l'aider à respirer, rapporte le CPJ.

D'après RSF, le blogue de Gama prend souvent parti en politique. Il affiche ouvertement son opposition au gouverneur de Rio, Sérgio Cabral, et au maire de la ville, Eduardo Paes. Il a affirmé récemment qu'un « homme d'affaires » était impliqué dans un trafic de cocaïne à Rocinha, le plus grand bidonville de Rio.

« L'enquête doit prendre en compte cette dernière affirmation », dit RSF. « La couverture du crime organisé fait courir de graves menaces aux journalistes brésiliens. Les médias vont couvrir les tentatives continues et souvent controversées pour restaurer la loi et l'ordre dans les favelas avant la tenue de la Coupe du Monde de 2014 et les Jeux Olympiques de 2016, et les risques seront élevés pour eux et leurs personnels. »

Le Brésil a réalisé d'importants progrès en ce qui concerne son dossier sur la libre expression pendant les deux mandats du président Inácio Lula da Silva, dit RSF, comme l'abrogation de la loi de 1967 sur les médias, héritée du régime militaire, l'amélioration générale de l'accès à l'information publique et des résultats dans certaines enquêtes sur les meurtres de journalistes.

Mais les médias s'exposent à un degré élevé de violence criminelle à travers le pays, disent RSF et l'ABRAJI. D'après les alertes de l'IFEX de ces derniers mois, des trafiquants de drogue ont tiré sur un hélicoptère de TV Globo à Rio. Également, le domicile du propriétaire d'un quotidien local de l'État méridional de Paraná a été la cible d'un attentat à la bombe. L'équipe des nouvelles d'une station de télévision d'Indaial, dans le sud du Brésil, a été agressée et menacée par des hommes d'affaires locaux.

Les officiels locaux sont connus pour harceler les journalistes et les blogueurs par la voie des tribunaux, dit RSF. Par exemple, en décembre, le quotidien le plus important du Brésil, « Folha de São Paulo », a entamé des poursuites pour « dommages moraux » contre le blogue satirique indépendant « Falha de São Paulo », dénonçant la similarité entre les deux appellations et les deux logos.

Dernier Tweet :

Africa Check picks 10 key promises made by governments during their campaigns in Nigeria, South Africa and Kenya an… https://t.co/GfcX98hbyE