RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste spécialiste de la scène judiciaire est assassiné

Un journaliste qui avait publié des articles et un livre sur des personnalités criminelles a été abattu le 5 janvier à Sofia, capitale de la Bulgarie, rapportent la Fédération internationale des journalistes (FIJ), Index on Censorship et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Bobi Tsankov, âgé de 30 ans, était accompagné de deux gardes du corps au centre-ville de Sofia lorsque deux individus armés ont ouvert le feu sur eux, indiquent les membres de l'IFEX. Les gardes du corps ont été hospitalisés. Trois hauts gradés de la mafia ont été arrêtés le jour même, selon ce que rapportent les membres de l'IFEX.

Un récent article de Tsankov alléguait qu'un patron local de la mafia avait ordonné le meurtre d'un rival, rapporte le CPJ. Il s'apprêtait à divulguer des précisions sur le meurtre de trois dirigeants mafieux bulgares dans le cadre d'une populaire émission de télévision.

Son livre, « Les Secrets des gangsters », publié à la fin de l'année dernière, s'appuyait sur des informations obtenues d'amis et de contacts dans le monde interlope, indique Index on Censorship. Tsankov y affirme avoir été proche de nombreux chefs de la mafia qui ont été assassinés ces dernières années, dit le CPJ. Il travaillait à un nouveau livre sur les trafiquants de drogue.

Tsankov cependant était lui-même un personnage trouble. Il était connu pour accepter de l'argent pour des publicités qui n'étaient pas diffusées à son émission de radio, et il avait été reconnu en 2006 coupable de fraude, dit le CPJ. Il était en outre directeur d'une station de radio qui appartenait à un caïd de la drogue, rapporte Index on Censorship. Un officier supérieur de la police bulgare affirme que son livre contient des histoires fictives sur des dirigeants mafieux décédés. Un journaliste basé à Sofia a déclaré à Index on Censorship que ses fabulations pourraient bien lui avoir coûté la vie, « (et) a fait remarquer que quelqu'un qui prétend avoir accès aux gangsters et qui fait la chronique d'histoires fausses est susceptible de compter une longue liste d'ennemis ». Un autre journaliste bulgare a dit à Index on Censorship qu'il y avait beaucoup de gens qui auraient voulu le voir mort à cause de tout l'argent qu'il avait volé.

Tsankov avait survécu à deux explosions à son domicile, en 2003 et en 2004.

Dernier Tweet :

Freedom on the Net 2018: "The Asia-Pacific region led the world in intentional internet disruptions, egregious crim… https://t.co/vz87Fe28ZI