RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les militaires perquisitionnent des hôtels où sont logés des journalistes étrangers et ferment des journaux

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières et la Burma Media Association dénoncent les nouveaux procédés utilisés par la junte militaire pour faire pression sur les journalistes étrangers et les médias birmans.

Le 27 septembre 2007 dans l'après-midi, des militaires et des policiers ont perquisitionnés plusieurs hôtels, notamment le Traders Hotel, à Rangoon pour identifier des journalistes étrangers qui y logent et travaillent. Dans ces établissements, des connections Internet et des lignes de téléphone internationales sont toujours accessibles.

Selon une source locale, la junte a ordonné, le même jour, la fermeture de plusieurs médias privés birmans qui ont refusé de publier des articles de propagande. Quelques jours auparavant, la censure militaire avait menacé de représailles les publications qui refuseraient de se plier aux ordres de la junte.

Par ailleurs, Reporters sans frontières et la Burma Media Association demandent au gouvernement japonais de prendre des sanctions contre le régime birman après la mort de Kenji Nagai, cameraman de l'agence photo et vidéo APF. En effet, des images diffusées par l'agence de presse Reuters montrent très clairement que le journaliste a été abattu par un militaire alors qu'il était facilement identifiable, une caméra à la main.

Enfin, les deux organisations saluent la création, le 24 septembre, en Birmanie d'un groupe de documentation sur les atrocités commises depuis deux jours par les forces de sécurité. Composé de journalistes, avocats, médecins et anciens officiers, ce comité souhaite collecter des informations pour pouvoir agir devant la justice internationale contre les auteurs de ces violences.

Dernier Tweet :

Thread: 6 international #pressfreedom NGOs, including our members @RSF_en, @CPJ_Eurasia, @globalfreemedia &… https://t.co/bcRohAD1XU