RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Pétition pour libérer le journaliste burundais Hassan Ruvakuki

MISE A JOUR: Reporters sans frontières salue la remise en liberté de Hassan Ruvakuki après 15 mois d’emprisonnement. L’organisation espère que cette libération ouvre la voie à une reconnaissance officielle de l’innocence du journaliste. Le 6 mars 2013, à quelques jours d’une visite en France du président burundais Pierre Nkurunziza, c’est une libération précaire "pour raisons de santé" qui a été accordée au journaliste.

Hassan Ruvakuki a été condamné à trois ans en prison au Burundi.
Hassan Ruvakuki a été condamné à trois ans en prison au Burundi.

Alexander Niyungeko

Hassan Ruvakuki, journaliste de la radio Bonesha FM et correspondant de Radio France Internationale (RFI) a été condamné, le 8 janvier 2013, à trois ans en prison par le président de la cour d'appel de Gitega, Burundi. Ruvakuki avait fait un appel de revoir son verdict antérieur - la réclusion à perpétuité.

En réponse à ce verdict, Reporters sans Frontières (RSF) a lancé une pétition pour demander la libération immédiate de Ruvakuki, qui est emprisonné seulement pour faire son devoir de journaliste. Signez la pétition maintenant!

RSF interprète la condamnation du 8 janvier comme un signe de l'acharnement de certaines autorités burundaises, déterminées à faire condamner Ruvakuki à tout prix. Plusieurs sources à Gitega font en effet état de fortes pressions de l'appareil sécuritaire de l'État sur la cour d'appel pour que Hassan Ruvakuki ne soit pas acquitté.

EN CONTEXTE:

RSF, ARTICLE19 et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) ont couvert le cas. Ruvakuki, ainsi que 13 autres, a été condamné pour la "participation à une activité terroriste". En juin 2012, il avait été condamné en première instance à la réclusion à perpétuité. Le gouvernement du Burundi soutenait que Ruvakuki était impliqué dans une attaque, en septembre 2011, contre un village dans l'est de la province de Cankuzo, près a la frontière de la Tanzanie.

Journaliste à Bonesha FM et correspondant de RFI, Ruvakuki couvrait la naissance d'un mouvement rebelle et a interviewé Pierre Claver Kabirigi, un ancien officier de la police qui affirmait être le chef du groupe Front pour la Restauration de la Démocratie-Abanyagihugu.

Les faits retenus contre le journaliste ont été requalifiés le 8 janvier 2013 pendant son appel. Il est alors condamné pour "participation à une association formée dans le but d'attenter aux personnes et propriétés."

Signez la pétition pour demander la libération d'Hassan Ruvakuki.

Toute l'information sur l'affaire Hassan Ruvakuki.

Lire aussi la réaction de Radio France Internationale à la condamnation de Hassan Ruvakuki.

Voir ci-dessous la lettre que Ruvakuki a rédigée en octobre 2012 dans laquelle il clame son innocence.

Dernier Tweet :

Daily Digest: https://t.co/b2jv3AHpUh #USBP seizes device of journalist headed to #StandingRock, #Internet shutdown in #Gambia & more