RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Treize militantes de l'occupation du sol arrêtées

Treize femmes qui dirigeaient des manifestations contre les évictions de paysans des terres du lac Boeung Kak à Phnom Penh ont été condamnées à la hâte la semaine dernière à un an au moins de prison, dernier incident survenu dans le contexte d'une série de mesures de répression de la libre expression, selon ce que rapportent le Centre des droits de la personne du Cambodge (Cambodian Center for Human Rights, CCHR) et ARTICLE 19.

Les 13 femmes, dont un grand nombre avaient auparavant été harcelées en raison de leur militantisme, tentaient de reconstruire des foyers sur le lac Boeung Kak de Phnom Penh, d'où des milliers de familles ont été évincées par la force depuis 2008 pour faire place nette et permettre la construction d'immeubles en hauteur et de centres commerciaux, selon ce que disent les membres. D'après le CCHR, elles ont été arrêtées le 22 mai et reconnues coupables à peine deux jours plus tard.

Deux autres représentantes de Boeung Kak ont été arrêtées pendant les manifestations contre la condamnation des treize par le tribunal, rapportent les membres.

Regardez une vidéo des arrestations ci-dessous :


Beaucoup plus de gens protestant contre les arrestations ont été attaqués par la police et des gardiens de sécurité armés de marteaux et d'autres outils, dit le CCHR. Trois activistes ont été tabassées au point de perdre connaissance, et l'activiste et moine bien connu Loun Savath a été contraint de monter à bord d'une voiture banalisée, enfermé dans un temple et pourrait même avoir été défroqué, dit le CCHR.

Selon ARTICLE 19, les plans de développement du gouvernement sont « prévus et exécutés sans véritable consultation auprès des communautés touchées », ce qui les empêche de contester les évictions précédentes.

« Il incombe au gouvernement cambodgien de protéger ses groupes les plus vulnérables mais, contraste frappant, le gouvernement dépouille à la place ses citoyens de leurs foyers et les punit ensuite parce qu'ils font entendre leur inquiétude », dit ARTICLE 19.

Ces arrestations et ces condamnations à grande échelle font suite au décès, la semaine dernière, d'une fillette de 14 ans, abattue pendant une manifestation de protestation contre les évictions, rapporte ARTICLE 19.

Selon le groupe, la situation des droits de la personne au Cambodge régresse, alors que sont survenus au moins huit incidents de violence contre les activistes au cours des cinq derniers mois - notamment l'assassinat par balle du leader environnemental Chut Wutty le mois dernier lors d'une confrontation avec la police militaire.

Dernier Tweet :

#Syria: No information about civil society activist and independent journalist Marwan Al-Hamid more than two weeks… https://t.co/oa6K2RNx2g