RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Messages d'espoir envoyés à Mam Sonando, journaliste détenu au Cambodge

Envoyez votre message ainsi que votre soutien à Mam Sonanado, journaliste cambodgien et militant des droits de l'homme condamné à 20 ans de prison après avoir exercé son droit à la liberté d'expression. Sa condamnation est liée à une émission de radio accusant le gouvernement royal du Cambodge de crimes contre l'humanité.

Le Centre cambodgien des droits de l'homme diffusera tous les messages à la radio au mois de mars pour permettre aux dirigeants de les entendre. Ils imprimeront et délivreront également en prison les cartes postales destinées à M. Sonando.

Votre message contribuera à donner à M. Sonando un appui moral et la force nécessaires pour endurer cette situation injuste et montrer aux autorités que l'opinion internationale réprouve cette condamnation.

Bien que je sois incarcéré, dans mon cœur, je suis libre...Je n'ai pas à me cacher, je n'ai rien fait de mal.
- Mam Sonando depuis sa cellule.

Rappel des faits :
Le 1er octobre 2012, M. Sonando, âgé de 71 ans, a été déclaré coupable d'avoir fomenté une insurrection et incité à prendre les armes contre l'état cambodgien. En l'absence d'éléments de preuve concrets pour aboutir à une telle condamnation, le verdict de culpabilité a fait l'objet de nombreuses critiques sur la scène politique nationale et internationale.

Malgré la détérioration de l'état de santé de Mam Sonando et de son âge avancé, la cour d'appel de Phnom Penh a refusé, le 14 décembre 2012, de lui accorder la liberté sous caution sous prétexte que sa liberté provisoire, même assigné à résidence présenterait une menace pour l'ordre public et serait inacceptable en raison de la gravité du cas et de la durée de la condamnation et mettrait en danger la vie des témoins à charge.

Nous pensons que l'arrestation et la condamnation de M. Sonando sont liées à une émission de radio diffusée sur Radio Beehive, le 25 juin 2012, concernant les plaintes portées devant la Cour pénale internationale accusant le gouvernement royal du Cambodge (GRC) de crimes contre l'humanité. Le premier ministre a demandé son arrestation le jour suivant, soulignant la motivation politique se cachant derrière cette affaire, qui constitue une énième tentative de la part du GRC afin d'intimider les militants des droits de l'homme et d'étouffer la liberté d'expression. M. Sonando a par la suite été arrêté le 15 juillet 2012 et accusé de diriger un mouvement de sécession dans la province de Kratie.

L'affaire de la province de Kratie renvoie à un litige de longue date concernant 15 000 hectares (environ 35 000 acres) d'une superficie agricole cultivée par des villageois et cédée à une société privée. Le 16 mai 2012, une centaine de policiers et de militaires armés ont fait irruption dans le village afin d'expulser 1 000 familles résidant dans la zone de concession. Les autorités ont ouvert le feu provoquant la mort d'une adolescente de 14 ans suite au refus des villageois de quitter leur terre.

Dernier Tweet :

12 European newspapers gagged over #FootballLeaks https://t.co/v5r1oXOau7 @DerSPIEGEL @MediapartEN @RSF_EECA… https://t.co/WjYAUL7IQ9