RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Toutes les charges retenues contre l'écrivain Enoh Meyomesse abandonnées, il est toujours en prison et menacé de cécité

(WiPC/IFEX) - 20 juin 2012 - Le Comité des écrivains en prison du PEN International a appris avec soulagement que l'ensemble des charges retenues contre l'écrivain et militant Enoh Meyomesse ont été abandonnées, mais nous sommes scandalisés qu'il reste en prison. Nous sommes également préoccupés par les rapports selon lesquels Meyomesse est souffrant d'une affection oculaire grave, et il doit subir une opération d'urgence s'il est d'éviter de devenir aveugle. Le Comite des écrivains en prison demande aux autorités camerounaises de libérer Enoh Meyomesse immédiatement.

Enoh Meyomesse, 57 ans, est l'auteur de nombreux ouvrages et président fondateur de l'Association nationale des écrivains camerounais. Arrêté le 22 novembre 2011, il était accusé d'un triple délit : 1) tentative de coup d'état, 2) possession d'une arme à feu, 3) vol aggravé. Meyomesse a nié les charges retenues contre lui, et maintenu que la véritable raison de son arrestation est la liberté d'expression qu'il exerce dans ses écrits et son militantisme politique. Il faisait face à une peine de prison de 50 ans s'il était reconnu coupable.

Depuis le moment de son arrestation, il y a eu de sérieuses préoccupations au sujet des accusations portées contre lui, et aussi a propos de son traitement en prison, qui parfois s'élèvent à la torture. Il a été signalé que le ministère public avait fabriqué des preuves, et que Meyomesse – pour les premiers mois de son incarcération – a été refusée une représentation juridique.

À la fin du mois de janvier 2012, la charge de tentative de coup d'état a été abandonnée. Très récemment, la seule accusation pour à laquelle il était détenu était une infraction mineure de la loi de commerce minérale. Selon les rapports, cette accusation a aussi été abandonnée.

Malgré l'abandon de l'ensemble des charges, Meyomesse est détenu à la prison surpeuplée centrale de Kondengui à Yaoundé. Son premier mois en détention a été passé en cellule d'isolement, et dans l'obscurité totale. Selon les rapports, ce mois dans l'obscurité totale a sans doute provoqué la condition d'œil débilitante qui, si elle n'est pas traitée, conduira à la cécité totale.

Le Comité des écrivains en prison du PEN International a fait campagne au nom de Meyomesse depuis son arrestation.

Appels d'urgence

- Exiger la libération immédiate d'Enoh Meyomesse au motif que l'ensemble des charges retenues contre lui ont été abandonnées;
- Exiger qu'il soit opéré de toute urgence pour éviter qu'il ne perde la vue.

À qui adresser ces appels ?

Au président de la République du Cameroun
Président Paul Biya
Fax : +237 22 22 08 70
Adresse courriel : [email protected] ou [email protected]
Et/ou par le biais du site Internet présidentiel

Au ministre de la Justice camerounais
Monsieur Laurent Esso
Ministre de la Justice du Cameroun Ministère de la Justice
Yaoundé
Cameroun
Fax : +237 22 23 00 05

Au premier ministre
Monsieur Philemon Yang
Premier ministre du Cameroun
Fax : +237 22 23 57 35
Adresse courriel : [email protected]

Nous vous invitons à mettre en copie le représentant diplomatique de votre pays au Cameroun. Les coordonnées de certaines ambassades sont publiées ici.

Ces appels doivent être lancés de toute urgence. Veuillez consulter le PEN International dans le cas où vous décideriez d'envoyer un appel après le 20 août 2012.

Dernier Tweet :

MISA-Zimbabwe wants ICT Minister to appreciate that grouping right to #privacy, access to information with consumer… https://t.co/kEPm8p9Mps