RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un rapport condamne les menaces sur la liberté d'expression au Cameroun

(WiPC/IFEX) - 15 octobre 2012 - La liberté d'expression est en danger au Cameroun, selon un rapport remis aujourd'hui au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies par PEN International, Committee to Protect Journalists, et Internet Sans Frontières.

Le Cameroun est un « pays dans lequel être un écrivain ou journaliste, à la fois en ligne et hors ligne, est risqué », affirme le rapport, qui précise comment le pays, dirigé par le président Paul Biya depuis 1982, a utilisé des mesures de plus en plus autoritaires pour réprimer écrivains, musiciens, et presse. De nombreuses lois pénales punissent les écrivains et les journalistes en raison de leur travail, autorisent les détentions provisoires de longue durée dans des prisons surpeuplées, la torture systématique, et favorisent l'inexistence de procès équitable.

« Les écrivains qui expriment une opinion dissidente au Cameroun courent un risque énorme », explique Cathal Sheerin, chercheur sur l'Afrique à PEN International. « Enoh Meyomesse, le fondateur de l'Association des écrivains Cameroun, continu de croupir en prison, à Kondengui, depuis 11 mois, dont un mois passé en isolement, bien que toutes les charges contre lui aient été abandonnées. » Meyomesse est actuellement en procès devant un tribunal militaire, avec un accès minimal à ses avocats ou à des soins médicaux.

Le gouvernement a également durci le ton sur la presse en imposant, de manière sélective, aux journaux et publications des licences coûteuses.

« Enquêter sur la corruption et rapporter les troubles politiques sont des actes punissables pour les journalistes camerounais, qui peuvent conduire à leur arrestation et même à la mort », a expliqué Mohamed Keita, coordonnateur Afrique au Committee to Protect Journalists (Comité pour la protection des journalistes). « L'autocensure n'est pas un mécanisme de sécurité durable et compromet le droit des citoyens à une information indépendante et fiable, qui leur donne les moyens de prendre des décisions vitales. »

Les menaces sur la liberté d'expression persistent également en ligne. Le Cameroun a bloqué du contenu sur Internet et encourage la privatisation de l'application de sa loi contre la cybercriminalité, sans contrôle judiciaire suffisant. Moins de 5% des camerounais ont aujourd'hui accès à Internet. Ce faible taux de pénétration s'explique par le contrôle rigoureux que l'Etat camerounais exerce sur l'infrastructure et une réglementation stricte, qui ont pour conséquence des coûts exorbitants pour les fournisseurs d'accès à Internet et les utilisateurs.

« Selon l'ONU l'accès à Internet est un droit de l'homme, fondamental au développement personnel et économique. Au Cameroun, l'Internet n'est pas accessible à tous. Le contrôle de l'Etat sur l'Internet et le monopole qu'il exerce sur son accès entravent la libre contribution de ses utilisateurs ainsi que leur expression en ligne », explique Archippe Yepmou, président d'Internet Sans Frontières.

L'audition du Cameroun par le Conseil des droits de l'homme aura lieu en avril et en mai 2013.

Cliquez ici pour lire le rapport (en anglais)
Cameroun_WiPC_UPR_Anglais.pdf (360 KB)

Cliquez ici pour lire le rapport (en français)
Cameroon_WiPC_UPR_Francaise.pdf (446 KB)

PEN International
Comité pour la protection des journalistes

AUTRES ORGANISATIONS :

Internet Sans Frontières

Dernier Tweet :

Les fausses accusations de Bakou pour mieux censurer les journalistes https://t.co/MaPBQodYFg @Khadija_Ismayil… https://t.co/626z64IWiQ