RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

PUBLIQUE SUR LA CONCENTRATION DE LA PROPRIÉTÉ DES MÉDIAS

Le groupe Journalistes canadiens pour la liberté d’expression (CJFE) vient de rendre public un rapport qui prend à partie la plus grande entreprise de médias du Canada parce qu’elle ne respecte pas le droit à la libre expression de ses employés.

Intitulé “Not in the Newsroom : CanWest Global, Chain Editorials and Freedom of Expression in Canada” [Pas dans la salle des nouvelles : CanWest Global, les éditoriaux en chaîne et la liberté d’expression au Canada], le rapport de 32 pages se penche sur la controverse entourant le traitement réservé par la société CanWest Global Corporation, (CanWest Global) aux litiges de rédaction avec ses employés et à la critique externe.

Le CJFE soutient que les propriétaires des entreprises de presse ont le droit de publier ce qu’ils veulent dans les médias qu’ils possèdent, sans intervention ni réglementation du gouvernement. Mais ils doivent aussi respecter des droits de leurs employés de parler librement, ce que CanWest Global ne fait pas, dit le groupe.

CanWest Global, qui possède 14 journaux, 130 petites publications et quelque 80 magazines et sites Internet au Canada, a soulevé la controverse dès le moment où elle a imposé le bâillon à ses employés qui se sont montrés critiques de sa décision de faire paraître dans tous ses quotidiens un éditorial commun. Un certain nombre de caricatures et de chroniques, critiques de CanWest Global, ont aussi été retirées des journaux [voir le “Communiqué” 10-50 de l%26#8217;IFEX].">http://communique.ifex.org/articles_francais.cfm?system_id=3916">“Communiqué” 10-50 de l’IFEX].

Le CJFE presse le gouvernement fédéral de mettre sur pied une enquête publique et d’en confier la présidence à un Canadien éminent, afin d’étudier les conséquences potentielles de la concentration de la propriété des médias pour la liberté d’expression dans le pays.

Le groupe demande également à CanWest Global de mettre fin aux mesures disciplinaires contre ses employés, de réembaucher les chroniqueurs qui ont démissionné de divers journaux en raison de la controverse, et de déclarer publiquement qu’elle encourage ses employés à parler des litiges dans le monde du journalisme, y compris des litiges internes.

Le rapport complet est affiché à www.cjfe.org.">http://www.cjfe.org/fr/frhome.html">www.cjfe.org.

Dernier Tweet :

RT @cmfr: Cases of PH journo killings remain unresolved. Know more: https://t.co/AWbRhg0Dyp #EndImpunityinPH https://t.co/LxY5u1zPSB