RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La FPJQ demande de nouvelles règles sur l'information municipale

(FPJQ/IFEX) - Au moment où les scandales se multiplient dans la vie municipale et où l'information journalistique apparaît cruciale pour éclairer les citoyens, l'attitude de certains maires du Québec à l'égard des journalistes est un affront au droit du public à l'information.

C'est ce que révèle le mémoire que la FPJQ a rendu public aujourd'hui en conférence de presse. La Fédération demande en conséquence plusieurs changements législatifs pour faciliter le travail journalistique.

Sous le titre "De nouvelles règles pour une meilleure circulation de l'information municipale au Québec", le texte recense de nombreux cas où les journalistes sont entravés dans leur travail :

• Utilisation abusive de la Loi sur l'accès à l'information pour éviter de fournir par exemple des documents aussi manifestement publics que les procès-verbaux;
• Interdiction des caméras et magnétophones dans les assemblées du conseil et refus de diffusion sur le web ou à la télévision communautaire;
• Caucus des élus à huis clos où se prennent les vraies décisions et qui vident les séances publiques du conseil de toute substance;
• Intimidation. Des maires menacent des journalistes de leur faire perdre leur emploi s'ils font telle couverture;
• Attaques publiques pour saper la crédibilité des journalistes;
• Boycott de journalistes à qui des maires refusent de répondre pendant des mois;
• Menaces de poursuites judiciaires contre les journalistes et les médias;
• Mesures de représailles économiques comme le retrait des avis publics qui sont une source importante de financement publicitaire de plusieurs médias locaux ou régionaux;

Tout n'est cependant pas noir partout et bien des municipalités manifestent de l'ouverture à l'égard de l'information.

Néanmoins, la FPJQ veut mettre un terme à cette disparité qui fait que les électeurs de certaines villes sont moins bien informés à cause des décisions arbitraires de leurs élus.

La Fédération adresse donc une série de recommandations aux instances concernées dans le but de lever les irritants à la couverture municipale et de favoriser l'information des citoyens dont:

• Formation des élus sur le journalisme;
• Autorisation d'enregistrement et de diffusion des séances du conseil;
• Remise 48h à l'avance aux journalistes des documents discutés au conseil;
• Sanctions pour les élus qui refusent de remettre sur le champ aux journalistes des documents publics en les obligeant à passer par la Loi sur l'accès à l'information;
• Création d'un processus d'attribution non arbitraire des avis publics.

La FPJQ recommande aussi aux journalistes de faire connaître publiquement les abus dont ils sont victimes et appelle à la solidarité de tous les journalistes dans ces cas. Un atelier du congrès porte d'ailleurs sur cette question.

Dernier Tweet :

Nepal: @FORUMFREEDOM recorded a total of 66 press freedom violations in 2017, which is a sharp rise compared to the… https://t.co/GGrHrpZVNc