RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les journaux peuvent de nouveau paraître sans passer par le comité de censure

(RSF/IFEX) - Les journaux tchadiens peuvent de nouveau paraître sans devoir passer par le comité de censure préalable mis en place, en novembre 2006, avec l'instauration de l'état d'urgence, a appris Reporters sans frontières auprès du gouvernement tchadien.

"Cette annonce est un soulagement. Le gouvernement tchadien a fini par comprendre que la censure n'avait servi à rien, sinon à humilier et précariser une presse accusée injustement de nombreux maux", a déclaré l'organisation.

Le 30 mai 2007 dans l'après-midi, le ministre tchadien de la Communication et porte-parole du gouvernement, Hourmadji Moussa Doumgor, a confirmé à Reporters sans frontières que la "censure préalable, qui était, du reste, de moins en moins active ces dernières semaines", n'était plus en vigueur et que les journaux pouvaient désormais paraître "sans passer par le comité".

Les principaux journaux de N'Djamena avaient devancé cette annonce, en faisant paraître ou en envoyant à l'imprimerie leurs dernières éditions sans les avoir préalablement soumises au ministère de la Communication. Réunie le 29 mai dans la soirée, l'Association des éditeurs de la presse privée au Tchad (AEPT) avait décidé de considérer que l'état d'urgence avait été levé de facto, même si aucune communication officielle n'était encore venue le confirmer.

Décrétée le 13 novembre 2006 suite à une vague d'affrontements meurtriers entre communautés arabes et non arabes de l'est du pays, l'état d'urgence avait permis aux autorités de rétablir la censure préalable pour la presse privée et d'interdire aux radios et télévisions d'évoquer les questions "pouvant porter atteinte à l'ordre public, à l'unité nationale, à l'intégrité du territoire et au respect des institutions républicaines". Elle a expiré le 25 mai à minuit (heure locale), sans que le gouvernement, conformément à la Constitution, demande sa prolongation à l'Assemblée nationale. La cellule spéciale du ministère tchadien de la Communication, mise en place pour procéder à une censure préalable, avait commencé à fonctionner le 14 novembre 2006.

Dernier Tweet :

Government Crackdown: Cambodia’s Media on Edge, a report by @ifjasiapacific“The government-led crackdown has create… https://t.co/lmNtQNB1JU