RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le directeur de publication d'un hebdomadaire qui selon la police risque "la fermeture pure et simple" est inculpé et remis en liberté provisoire

(RSF/IFEX) - Nadjikimo Benoudjita, directeur de publication de l'hebdomadaire privé "Notre Temps", a été inculpé, le 17 décembre 2007, d'"incitation à la haine tribale et religieuse", puis libéré provisoirement en attendant sa prochaine citation à comparaître.

Arrêté le 14 décembre 2007 à son domicile suite à une plainte du Haut Conseil de la communication (HCC), Nadjikimo Benoudjita a été détenu au siège des services des Renseignements généraux, avant d'être conduit dans les locaux de la police judiciaire, le 15 décembre, pour y être entendu. Lors de cette audition, les charges de "diffamation" et d'"outrage au chef de l'État" avaient été retenues contre lui. Le directeur de publication de "Notre Temps" a été déféré au parquet le 17 décembre, et finalement inculpé d'"incitation à la haine tribale et religieuse" après une requalification des faits. Autorisé à rentrer chez lui, il devrait être cité à comparaître prochainement.

Dans la matinée du 15 décembre, la police judiciaire a perquisitionné, en sa présence, au domicile du journaliste, qui sert également de rédaction à "Notre Temps". Les policiers ont également signifié à Nguémadki Dkimasngar, le rédacteur en chef de "Notre Temps", la décision du ministre de l'Information et de la Sécurité publique d'ordonner la "fermeture pure et simple du journal."

Dernier Tweet :

RT @cchrcambodia: #HRD and land activist #TepVanny has been released tonight, after more than 2 years of unjust imp… https://t.co/dNfBmm7rkN