RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

UN JOURNALISTE MEURT À LA SUITE D'UNE AGRESSION; LA RÉPRESSION DES MÉDIAS SE POURSUIT

À la suite du décès du rédacteur en chef Wu Xianghu survenu le 2 février 2006, les journalistes du « Taizhou Wanbao », un journal de Taizhou, ville située dans l'est de la Chine, demandent que l'on porte des accusations criminelles contre des policiers locaux chargés de régler la circulation.

Wu, qui était âgé de 41 ans, est mort d'insuffisance hépatique et rénale, quelques mois après avoir été hospitalisé en octobre dernier à la suite d'une agression physique, selon les indications du Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et de Reporters sans frontières (RSF).

Le 20 octobre 2005, des dizaines de policiers responsables de la circulation l'ont agressé à cause d'un article publié dans le « Taizhou Wanbao ». Wu a été tabassé, amené de l'immeuble où il se trouvait dans un fourgon de la police. Le « Taizhou Wanbao » avait fait paraître un reportage faisant été de droits élevés prélevés sur l'immatriculation des bicyclettes électriques, selon le CPJ. Un officier supérieur a été congédié en raison de son rôle dans l'agression.

Dans d'autres région de la Chine, les journaux et autres médias s'exposent aussi aux représailles s'ils contestent les autorités et tentent de repousser les limites de la libre expression.

Le 24 janvier, des fonctionnaires ont ordonné au « Quotidien de la Jeunesse chinoise » de Beijing, de fermer l'influent supplément du journal, « Bing Dian » (« Point de congélation »), l'accusant de se livrer à des « attaques vicieuses contre le système socialiste » et condamnant un article qui critiquait les ouvrages d'histoire utilisés dans les écoles de Chine, rapporte le CPJ. Le « Quotidien de la Jeunesse chinoise » est dirigé par la Ligue de la Jeunesse communiste.

Les autorités ont annoncé au rédacteur en chef du supplément, Li Datong, qu'un article paru le 18 janvier et intitulé « La Modernisation et les ouvrages d'histoire » exprimait une vision « dangereuse » de l'occupation de la Chine par les étrangers à la fin du XIXe siècle, fait remarquer RSF. Le supplément était accusé de blesser le sentiment national en donnant de l'invasion une vision romantique.

L'an dernier, Li Datong a aussi suscité la fureur lorsqu'il a fait parvenir une lettre au rédacteur en chef du « Quotidien de la Jeunesse chinoise », Li Erliang, dans laquelle il critiquait la proposition de lier les salaires des reporters aux revues positives émises par les fonctionnaires du gouvernement. La proposition a été annulée après que la lettre eut été coulée dans le public.

La fermeture de « Bing Dian » est survenue quelques semaines après que le gouvernement eut retiré les rédacteurs principaux du « Beijing News ». Selon plusieurs intellectuels et journalistes chinois interviewés par RSF, Yang Bin, Sun Xeudong et Li Duoyu ont été congédiés à cause de leurs positions rédactionnelles sur des questions sociales.

L'an dernier, le journal a été le premier à publier une affaire de répression violente de fermiers qui protestaient contre l'appropriation de terres par le gouvernement dans le village de Shengyou.

Par ailleurs, trente-deux journalistes croupissent toujours dans les prisons chinoises, ce qui fait de ce pays le premier geôlier du monde pour les journalistes, disent le CPJ et RSF.

L'un de ces journalistes, Shi Tao, a fait l'objet d'une pétition entreprise par le CPJ et présentée la semaine dernière à l'ambassade de Chine à Washington. Les responsables de l'ambassade ont refusé de recevoir la pétition, qui demandait la remise en liberté immédiate du journaliste.

La pétition a reçu l'appui de plus de 400 journalistes éminents et défenseurs de la liberté de la presse des États-Unis, dont le directeur et rédacteur en chef du « Wall Street Journal », Paul Steiger, le chef d'antenne de CBS News Bob Schieffer, et David Remnick, rédacteur en chef du « New Yorker ».

Essayiste sur Internet et ancien rédacteur au journal « Dangdai Shang Bao » de Changsha, Shi Tao purge une peine de 10 ans de prison pour avoir « coulé à l'étranger des secrets d'État » dans un courriel envoyé en 2004 au rédacteur en chef d'un site web d'outre-mer, dit le CPJ. Le courriel décrivait les instructions du gouvernement chinois sur la façon dont son journal devait couvrir le 15e anniversaire du massacre de la place Tian'anmen.

La société américaine d'Internet Yahoo a aidé les autorités chinoises à identifier Shi par son adresse de courriel, ce qui soulève l'inquiétude au CPJ, à RSF et chez d'autres groupes de défense de la libre expression, qui se demandent dans quelle mesure les sociétés commerciales occidentales permettent aux autorités chinoises de se livrer à des opérations de répression contre leurs citoyens.

Dans deux autres affaires récentes, à la demande des autorités chinoises, Microsoft a fermé un blog critique et Google a accepté de bloquer les réponses de son moteur de recherche chinois à des termes comme « démocratie » et « droits de la personne ».

Consulter les sites suivants:

- CPJ et RSF sur la mort de Wu Xianghu :
http://www.rsf.org/article.php3?id_article=16372
http://www.cpj.org/news/2006/asia/china06feb06na_2.html
- Fermeture du « Bing Dian » : http://www.cpj.org/news/2006/asia/china25jan06na.html
- Répression dirigée contre « Beijing News » : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=16056
- Pétition du CPJ pour obtenir la libération de Shi Tao : http://www.cpj.org/protests/06ltrs/asia/china06feb06ltr.html
- L'agence de nouvelles Xinhua ? La plus grosse machine de propagande du monde :
http://www.rsf.org/article.php3?id_article=15169
- Témoignage de Human Rights Watch devant le Congrès des États-Unis : http://hrw.org/english/docs/2006/02/01/china12592.htm
- Google cède devant la Grande Muraille de Chine : http://tinyurl.com/aymsa
- BBC : http://news.bbc.co.uk/2/hi/americas/4672518.stm
- Comment fonctionne le filtrage de Google en Chine : http://www.opennetinitiative.net/blog/?cat=8

Dernier Tweet :

#Defamation laws must be in line with #PECA -summary report from #CCPRPakistan https://t.co/KRfdDPSosQ @DigitalRightsPK @digitalasiahub