RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

L'hebdomadaire qui "publie ce que les autres n'osent pas publier" victime d'une purge sans précédent de huit employés

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontière dénonce la purge récente opérée au sein de la direction et de la rédaction de l'hebdomadaire "Minzhu yu Fazhi Shibao" ("Democracy and Legal Times"). "La censure en Chine possède différents visages. La fermeture de sites, de blogs ou de journaux est la partie la plus visible des nombreuses violations de la liberté de la presse. Mais la purge dont a été victime "Minzhu yu Fazhi Shibao" est caractéristique des méthodes pernicieuses employées par les autorités chinoises contre les rédactions libérales. Sous le prétexte de restructuration ou de supposées malversations, les autorités procèdent régulièrement à des purges parmi les directeurs de publication et les journalistes, afin de réduire au silence les journaux connus pour leur liberté de ton", a déclaré l'organisation de défense de la liberté de la presse.

Reporters sans frontières dénonce une nouvelle reprise en main idéologique à la veille du Congrès du Parti communiste chinois.

"Minzhu yu Fazhi Shibao" est une publication faisant autorité dans le domaine des informations juridiques en Chine. Cet hebdomadaire est considéré comme l'un des dix journaux les plus influents du pays.

Au cours de la semaine du 2 juillet 2007, huit responsables et journalistes de cette publication ont été destitués, parmi lesquels l'ancien directeur, Bian Tiansong, le rédacteur en chef adjoint, Chen Qiqiang et un autre cadre de la rédaction, Zhou Guoxin. Les autorités n'ont fait aucun commentaire et peu d'informations ont filtré sur ces licenciements.

Radio Free Asia (RFA) qui a relayé cette information publiée par Boxun, un site chinois basé à l'étranger, a tenté d'entrer en contact avec des responsables de l'hebdomadaire. Un journaliste de RFA n'est parvenu à joindre qu'un certain Monsieur Zhou. Lorsqu'il lui a demandé une réaction sur le licenciement simultané de huit journalistes, Monsieur Zhou a répondu : "N'est-ce pas quelque chose de tout à fait normal ? La roue tourne, ils ont été licenciés, ils trouveront d'autres responsabilités ailleurs."

Par ailleurs, un journaliste de "Zhongguo Haiyangbao" a révélé que des sites Internet avaient reçu l'ordre du gouvernement de ne pas publier des informations du "Minzhu yu Fazhi Shibao" en bonne place sur leurs pages. "Ce que les autres journaux n'osaient pas publier,"Minzhu yu Fazhi Shibao' le traitait", a indiqué le journaliste.

L'hebdomadaire a en effet révélé ces derniers mois des informations sensibles telles que la mort du journaliste Lan Chengzhang, passé à tabac par un propriétaire de mine, ou le scandale de corruption au sein du tribunal de Shenyang (Liaoning, Nord Est) (consulter les alertes de l'IFEX du 3 juillet et 25, 23 et 17 janvier 2007).

Dernier Tweet :

Will a new wave of Israeli legislation diminish internet freedoms? https://t.co/fsdoGBVfbG @7amleh