RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le journaliste Ching Cheong libéré

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières est soulagée après l'annonce de la libération, le 5 février 2008, du journaliste Ching Cheong, détenu en Chine populaire depuis le 22 avril 2005. Le correspondant quotidien singapourien "The Straits Times" est arrivé à Hong Kong dans la matinée après avoir été relâché de la prison de Canton (Sud) où il purgeait une peine de cinq ans pour "espionnage". Il a bénéficié d'une libération conditionnelle, deux ans avant la fin de sa peine.

"Ching Cheong n'aurait jamais dû être arrêté et emprisonné. Cette libération est bienvenue et va permettre au journaliste de fêter le nouvel an chinois avec sa famille. Avant le début des Jeux olympiques, le gouvernement de Pékin doit poursuivre cet effort en libérant les 32 journalistes et 51 cyberdissidents actuellement incarcérés, a affirmé Reporters sans frontières. Nous saluons la mobilisation exceptionnelle de sa famille, de ses amis du Ching Cheong Concern Group et de toute la communauté des médias de Hong Kong qui a défendu l'innocence du journaliste face aux accusations injustes du gouvernement chinois."

Cette libération ne doit pas occulter le sort du militant Hu Jia, détenu depuis le 27 décembre 2007 pour "incitation à la subversion du pouvoir de l'État", et la condamnation, le 4 février 2008, de l'écrivain Lu Gengsong à quatre ans de prison pour "incitation à la subversion du pouvoir de l'État" à Huangzhou (Est). Le 2 février, Li Changqing, ancien directeur du "Quotidien de Fuzhou", a été libéré après avoir purgé sa peine de trois ans de prison pour "propagation d'informations alarmistes".

Interrogé par Reporters sans frontières, le responsable du Ching Cheong Concern Group, Mak Chai-ming, a déclaré être "très heureux". Il espère que le journaliste pourra donner des informations sur les circonstances et les raisons de son arrestation. De son côté, la Hong Kong Journalists Association (HKJA) a souhaité que ce genre d'arrestation ne se produise plus jamais. La direction de "The Straits Times" s'est déclarée "enchantée par cette libération tant attendue."

En décembre 2007, des représentants de Reporters sans frontières avaient rencontré à Hong Kong, Mary Lau, l'épouse de Ching Cheong. Elle avait fourni des détails sur ses conditions de détention : "Il est dans une cellule avec 12 autres prisonniers, la plupart des criminels condamnés à de lourdes peines. Dans la prison, il y a deux usines. Lui, il doit travailler huit heures par jour, avec des heures supplémentaires deux fois par semaine, jusqu'à 21 heures le soir. Il fabrique des uniformes de police. Les prisonniers ne sont pas payés. Avant d'être arrêté, Ching Cheong avait déjà des problèmes de pression artérielle. Mais cela ne se produisait que deux ou trois fois par an. Maintenant, c'est tous les jours. Il souffre de la discipline militaire qui règne dans la prison. Il a perdu 15 kilos depuis son arrestation. Vous savez le premier mois de détention à Pékin a été extrêmement dur. Un traitement que l'on peut considérer comme de la torture mentale." Le reporter a souffert de problèmes au coeur puis à l'estomac. Les médecins auraient détecté un ulcère du duodénum. Sa famille a été informée de ces hospitalisations plusieurs semaines plus tard.

Ching Cheong, correspondant à Hong Kong du quotidien de Singapour, "Straits Times", avait été condamné le 31 août 2006 à cinq ans de prison et 60 000 euros d'amende. Le journaliste hongkongais, détenteur d'un passeport britannique dit "British National Overseas", avait été appréhendé par la police chinoise le 22 avril 2005 à Canton. Il était accusé d'espionnage au profit de Taiwan. L'agence officielle Xinhua avait publié un rapport affirmant que Ching Cheong avait vendu à des agents taiwanais des informations économiques, politiques et militaires pour des millions de dollars entre 2000 et 2005.

Ching Cheong a travaillé de 1974 à juin 1989 pour le quotidien pro-Pékin "Wen Wei Po" à Hong Kong. Après le massacre de la place Tiananmen, il a démissionné et créé un magazine politique indépendant, "Contemporary". En 1996, il a rejoint le quotidien singapourien "The Straits Times". Le journaliste a publié de nombreux articles et livres sur le Parti communiste chinois, Taïwan et Hong Kong.

En mai 2005, Reporters sans frontières et la Hong Kong Journalists Association avaient lancé un appel pour la libération du journaliste. Plus de 30 000 personnes ont signé la pétition, disponible sur http://www.petition-chingcheong.org

Dernier Tweet :

En #Brasil se lucha por más #transparencia: ONG lanza herramienta para conocer datos del financiamiento electoral 2… https://t.co/u7w2yoYFDh